25.11.21
16:28

Jonas Gerckens passe le cap des 1000 miles de l’arrivée de la Transat Jacques Vabre à la 2ème place

Pour cette première participation à la Transat Jacques Vabre, Jonas Gerckens et son co-skipper Benoit Hantzperg avaient pour objectif le TOP 10, mais depuis le début de la course, ils flirtent avec le podium 

C’est un cap symbolique qui vient d’être franchi par le skipper belge Jonas Gerckens et son co-skipper Benoit Hantzperg : Les 1000 miles de l’arrivée en Martinique ( +- 1.600 km). Et c’est à la prestigieuse 2ème place de la flotte des Class40 que le VOLVO a franchi cette ligne virtuelle. 

Après 18 jours et 2 heures de course, le Volvo 164 n’est donc plus qu’à 1000 miles de l’arrivée à Fort-de-France en Martinique. Selon les premières estimations, la ligne d’arrivée sera franchie ce lundi 29 novembre 2021.

Jonas Gerckens et son co-skipper arrivent à se maintenir en tête de flotte mais la course risque d’être serrée jusqu’à l’arrivée. On pourrait assister à une arrivée sous forme de sprint final. 

Cette édition de la Transat Jacques Vabre est assez insolite à cause notamment d’une météo très capricieuse où le vent s’est fait timide dès le Havre, y compris dans le Golfe de Gascogne pourtant réputé pour ses tempêtes du mois de novembre. Les Alizés se montrent également très faibles.

Contrairement aux années précédentes, ils ne sont pas encore totalement formés. La course est donc bien plus longue que prévu pour l’ensemble de la flotte qui pensait arriver après  15 à 20 jours de navigation, ce qui ne sera pas le cas. 

d

Et Jonas Gerckens  d’ajouter depuis le bord « C’est une course sans relâche entre une analyse météo de tous les instants, des manœuvres et la présence massive des sargasses ! Les sargasses sont des algues flottantes qui se coincent dans les safrans. Nous devons les enlever constamment pour éviter que le VOLVO ne freine trop. C’est épuisant. La course est aussi plus longue que prévu mais nous avons encore assez de nourriture ( un peu rationnée quand même) et de l’eau grâce à un dessalinisateur. Le binôme avec Benoit fonctionne super bien tant sportivement qu’humainement ! Nous sommes fatigués mais encore totalement dans le match et on compte bien défendre les couleurs du drapeau belge jusqu’à la ligne d’arrivée ! »

Partager cet article

En lien avec l'article