23.11.21
19:05

"On appelle vert quelque chose qui ne l'est pas, il n'y aucun réel objectif contraignant dans la PAC"

Les eurodéputés ont donné leur feu vert final mardi à la nouvelle Politique agricole commune (PAC) qui s'appliquera à partir de 2023, malgré l'opposition des écologistes et d'une partie de la gauche qui ne la jugent pas assez verte.

"Pour moi, c'est un cas caractérisé de perversion du langage. Autrement dit, on appelle 'vert' quelque chose qui ne l'est pas",

regrette Philippe Lamberts, co-président du groupe Les Verts au Parlement européen.

"Ceux qui ont voté la PAC se gaussent du fait que 25% de la PAC devrait être consacrée à ce qu'on appelle des éco-régimes, c'est-à-dire des activités dont le but est de verdir notre agriculture. La réalité des choses c'est qu'on peut, sous ce label mettre tout et n'importe quoi."

poursuit l'écologiste dans notre journal.

"Autrement dit, les objectifs quantitatifs vraiment contraignants comme le fait de réduire considérablement les pesticides, la mécanisation ou le labour des sols, ont tous été refusés les uns après les autres.",

explique M. Lamberts.

"Il faut qu'on puisse dire que la PAC est verte mais sans mettre aucune contrainte sérieuse dans le système et c'est cela que nous contestons",

conclut de le député européen.

 

387 milliards jusqu'en 2027

Elle est dotée d'un budget de 387 milliards d'euros jusqu'en 2027 – soit près d'un tiers du budget pluriannuel de l'UE – dont 270 milliards d'aides directes aux agriculteurs. La France reste le principal pays bénéficiaire.

La nouvelle PAC est destinée à "verdir" l'agriculture de l'UE, malgré l'opposition des écologistes et d'une partie de la gauche qui dénoncent du "greenwashing".

Les eurodéputés, réunis en session plénière à Strasbourg, se sont prononcés sur trois textes régissant cette Politique agricole commune, approuvés respectivement à 452 voix (178 contre, 57 abstentions), 485 voix (142 contre et 61 abstentions) et 487 voix (130 contre et 71 abstentions). 

Le groupe des Verts a voté contre ces trois textes, de même qu'une partie des Sociaux-démocrates (S&D) et la majorité de la GUE (gauche radicale).

Partager cet article

En lien avec l'article