20.11.21
18:44

Marine Le Pen reconnaît que Zemmour lui rend service

Marine Le Pen, candidate RN à la présidentielle, a concédé samedi à Marseille qu'Éric Zemmour, avec la "brutalité" de ses propositions, lui rendait "service", notamment en la recentrant politiquement.

"La brutalité qui émane des propositions d'Eric Zemmour et son côté mono-thématique (NDLR: sur l'immigration) démontre que nous avons, en ce qui nous concerne, un projet complet, travaillé, précis et immédiatement applicable, avec des équipes pour le porter. Alors c'est vrai qu'en miroir, quelque part il nous rend service", a reconnu Marine Le Pen, en déplacement pour deux jours à Marseille

"Je pense que l'analyse consistant à dire +il me recentre et permet une nouvelle qualité d'écoute du projet qui est le mien, débarrassé d'a priori un peu faciles qu'il attire à lui+, l'analyse consistant à dire qu'il peut représenter une réserve de voix (NDLR: pour le second tour) plus importante que celle de Nicolas Dupont-Aignan à la dernière présidentielle (NDLR: quand le candidat de Debout la France s'était rallié à elle), sont certainement des éléments à prendre en compte",

a-t-elle ajouté.

 

Il remobilise la gauche ?

Pour la députée du Pas-de-Calais, Eric Zemmour, avec lequel elle dit n'avoir jamais eu "de relations très proches", "remobilise la gauche" avec "ses outrances": "Il a intérêt au retour du clivage gauche-droite. Mais ça, c'est aussi créer le front républicain", a souligné la candidate RN à la présidentielle.

Et si au RN "nous avons abandonné les brutalités (de langage, nldr) depuis plus de dix ans maintenant, c'est par conviction, parce que je ne me reconnais pas dedans, mais aussi parce que ce plafond de verre lié à la sur-mobilisation de la gauche face à nous est un inconvénient majeur", a-t-elle expliqué.

L'ex-présidente du RN a prévenu au passage Eric Zemmour: "A partir du moment où il sera candidat, il deviendra un concurrent, et je ne m'interdirai pas de dire ce que je pense et de mettre le doigt sur nos divergences, comme il le fait".

Après avoir accompagné vendredi une patrouille de police dans les quartiers nord de la ville, où elle a expliqué vouloir "mener la guerre au trafic de drogue", la candidate RN s'est rendue samedi sur un marché à Plan-de-Cuques (Bouches-du-Rhône) avant de revenir à Marseille pour rencontrer des militants, visiter le salon de la gastronomie et des vignerons et enfin la Foire aux santons sur le Vieux Port, où elle a acheté un santon à l'effigie du professeur Raoult.

 

AFP

Partager cet article