17.11.21
08:50

"Ou bien c'est obligatoire pour tout le monde, ou bien pour personne"

A peine 24 heures après la validation des modalités de vaccination obligatoire pour le personnel soignant en kern, Paul Magnette, président du PS, a publié une vidéo sur Twitter pour désavouer cette décision. Une mesure, rappelons-le, approuvée par le PS la veille et notamment portée par  vice-premier ministre socialiste Pierre-Yves Dermagne.

"Ou bien c'est obligatoire pour tout le monde, ou bien ce n'est obligatoire pour personne", commence Magnette dans cette vidéo publiée à la veille du Comité de concertation de ce mercredi et après plusieurs réactions virulentes de syndicats. Avant de conclure par une pirouette qui sert de levier à la vaccination obligatoire: "La seule manière de s'en sortir, c'est de dire que ce vaccin doit être obligatoire pour tout le monde. Que, bien sûr, on ne peut pas faire tout le monde en même temps et qu'il faut peut-être commencer par certaines professions qui sont au coeur de la lutte contre le coronavirus." 

 

 

Interrogé par Martin Buxant ce matin  sur la vaccination obligatoire, le socialiste Rudi Vervoort explique qu'il ne pense pas qu'on puisse encore convaincre de manière globale les personnes non-vaccinées et donc le débat doit être lancé. Cependant, il est convaincu qu'une décision concernant la vaccination obligatoire ne sera pas prise aujourd'hui au Comité de concertation. 

"Je suis de ceux qui pensent que l'obligation vaccinale fait partie de ces mesures qui s'imposent. Mais par rapport aux sanctions, il y a toute une réflexion à avoir parce qu'on aura de toute façon, il y aura des populations qui refuseront de se faire vacciner. Une amende, ça ne sert à rien."

Dans le cas où la vaccination deviendrait obligatoire, le ministre-président préconise une interdiction d'accéder à certains lieux pour les non-vaccinés plutôt qu'une amende.

A partir du 1er janvier, le personnel soignant disposera de 3 mois pour se faire vacciner, avant de se voir suspendre en cas de non-vaccination et d'être mis en en chômage temporaire à partir du 1er avril 2022. Le travailleur non-vacciné pourra ensuite être définitivement sanctionné et passera au régime de chômage classique.

Partager cet article

En lien avec l'article