10.11.21
08:27

"La loi sur la vie privée manque de maturité"

Mathieu Michel, Secrétaire d’Etat à la Protection de la Vie privée (MR), était l’invité de Martin Buxant

Ce matin, Mathieu Michel a abordé l’évaluation de la Loi sur la vie privée qui date de 2018. Ce dernier a rendu une vingtaine de constats dans un rapport. " La loi sur la vie privée manque de maturité. Le Covid a mis en évidence à quel point on doit renforcer le cadre juridique, être plus transparent, clair et lisible pour le citoyen". Il veut apporter des réponses sur trois axes fondamentaux :  d’une part, plus de transparence dans les législations sur la vie privée et à l’utilisation des données.  

Le deuxième aspect qu’il mentionne, c’est la gouvernance des données, que la loi soit précise, solide et surtout existante. Enfin, le troisième aspect, c’est la responsabilité des acteurs de la protection des données.

" Tout service public peut collecter des données privées pour l’exercice de sa mission, elles servent à améliorer le système de l’état et sa digitalisation " , explique le Secrétaire d’état. Il ajoute que le cadre est sûr mais l’enjeu fondamental est la pédagogie aux citoyens.

A propos du CST, il espère que celui-ci ne sera pas prolongé. " Tout ce qui représente une limitation des libertés me pose une perplexité. On doit sortir de ces situations exceptionnelles ".

Doit-on vraiment protéger nos données ? Y a-t-il un risque ? " On doit laisser libre choix aux citoyens de partager ou non leurs données " .

Retour sur le portefeuille numérique, un outil qui collectera ensemble nos données personnelles sur notre smartphone, et qui permettra aux citoyens de savoir qui a regardé leurs données. Selon Mathieu Michel, il sera abouti d’ici 2023. " Certains éléments, dont notamment l’outil d’accès aux données personnels pourrait être accessible en 2022 ". 

Les Autorités de protection des données doivent garantir nos droits fondamentaux en matière de vie privées et de données privées. "Franchement, on peut améliorer le fonctionnement de l’APD, on a besoin d’une structure plus solide qu’aujourd’hui". Les propositions des prochaines semaines viseront à améliorer le fonctionnement de l’APD.

Partager cet article

En lien avec l'article