09.11.21
08:12

"L’extrémisme, qu’il soit de gauche et de droite a le vent en poupe"

Denis Ducarme, député fédéral MR, était l’invité de Martin Buxant

Serge Lipszyc, le directeur du comité R a rendu un rapport faisant état de l’infiltration de l’extrême-droite dans notre armée, mais aussi les manquements des services de renseignement. Selon Denis Ducarme, les informations de Serge Lipszyc sont « pétrifiantes ».

« On parle d’une minorité de militaires mais on ne parle pas non plus d’un phénomène isolé », explique-t-il dans la Matinale. Selon lui, le fait que le dossier Jürgen Conings est clos ne signifie pas qu’il n’y a plus d’extrémisme dans les corps intermédiaires de l’état. « L’extrémisme, qu’il soit de gauche et de droite a le vent en poupe », ajoute-t-il. Il ajoute que par manque de budget, la Sûreté de l’état n’a pas la capacité de suivre tous les dossiers jusqu’au bout.

Le député s’est ensuite exprimé par rapport à la démission de l’ancien Premier échevin d’Ixelles, Bea Diallo, qui rejoint le gouvernement guinéen. « Je suis choqué qu’un échevin d’une grande commune du pays accepte l’invitation d’un gouvernement mis en place par une junte militaire après un coup d’état ». Le député réfléchit à des solutions à prendre contre ceux qui travaillent avec des gouvernements non démocratiques. Peuvent-ils continuer à travailler en Belgique en parallèle ?

Au sujet de l’Horeca, Denis Ducarme déplore l’état de santé des petits indépendants. « J’attends du gouvernement, en tant qu’ancien ministre des indépendants, des initiatives pour les petits indépendants ». Selon lui, la Vivaldi est en retard et les petits indépendants mériteraient de disposer de mesures supplémentaires dans le cadre de la relance. « J’attends plus », dit-il.

Partager cet article

Partager cet article