26.10.21
16:23

"Le Premier ministre est chez moi", dit le chef de l'armée, l'ONU exige sa libération immédiate

Le Premier ministre soudanais et les autres responsables "détenus illégalement doivent être libérés immédiatement", a réclamé mardi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en déplorant la "multiplication" de coups d'État cette année dans le monde et "la totale impunité" dont se prévalent leurs auteurs militaires.

Les "divisions géopolitiques importantes" qui empêchent "le Conseil de sécurité de prendre des mesures fortes", la pandémie, les difficultés économiques et sociales font que "des chefs militaires considèrent qu'ils ont une totale impunité, qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent car rien ne leur arrivera", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. 

Le Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, dont la communauté internationale réclame la libération depuis que l'armée l'a arrêté lundi, se "trouve chez moi", assure le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de l'armée qui a dissous les autorités du pays.

"J'appelle les grandes puissances à se retrouver pour une unité du Conseil de sécurité afin de s'assurer qu'il y ait une dissuasion effective à propos de cette épidémie de coups d'Etat" à laquelle le monde assiste en Asie ou en Afrique, a poursuivi Antonio Guterres.

"Nous avons constaté qu'il n'y avait pas cette dissuasion", que ce soit "en Birmanie et dans plusieurs pays africains", a-t-il ajouté, en évoquant implicitement la Guinée et le Mali.

Les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU doivent se réunir en urgence à huis clos sur le Soudan à partir de 20H00 GMT, à la demande du Royaume-Uni, de l'Irlande, de la Norvège, des Etats-Unis, de l'Estonie et de la France. Le Mexique, le Kenya, le Niger, la Tunisie et Saint-Vincent-et les-Grenadines, membres non permanents du Conseil, ont apporté leur appui à cette convocation de réunion.

Selon des diplomates, l'adoption d'une déclaration est depuis lundi en négociation mais il n'était pas certain que la Russie et la Chine, notamment, entérinent son approbation.

Par ailleurs, les vols vers et depuis Khartoum sont suspendus jusqu'à samedi 

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article