26.10.21
12:53

La Belgique, "Health & Biotech valley" du futur

L'ambition du gouvernement est de renforcer la position de la Belgique en matière de recherche et développement et de production dans le champ biopharma

Le gouvernement belge, le monde académique et l’industrie de la santé et des biotechs ont signé ce mardi une charte d’engagement commune, à l'initiative du Premier ministre Alexander De Croo. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, était également présente.

En produisant puis en exportant 700 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 vers le reste du monde, la Belgique a une nouvelle fois affirmé ces derniers mois son leadership et son expertise en matière de santé et d’innovation.

Elle investi constamment depuis de nombreuses années dans la recherche et développement mais aussi dans la création d’un écosystème qui relie les grands noms de l’industrie, ses plus petits acteurs, le monde académique et les pouvoirs publics.

Alexander De Croo, Premier ministre de Belgique : « La crise du coronavirus a été une véritable prise de conscience : la santé est au cœur de la vie de chaque individu. La Belgique a depuis des années massivement investi dans ses talents, dans la recherche & le développement et, grâce à de nombreux partenaires, dans des outils de production capables d’apporter des réponses tangibles aux maladies et pandémies du 21ème siècle. Nous devons en être fiers et ne surtout pas nous arrêter à aujourd’hui. Dans un environnement international modifié, plus compétitif, nous devons renforcer notre écosystème et nous doter d’une vision stratégique à long terme pour être certains que la Belgique s’impose comme la « health & biotech valley » du futur au cœur d’une Europe connectée. C’est l’ambition. »

La Belgique se classe aujourd’hui au 3e rang des exportations biopharmaceutiques, avec une valeur totale de 56 milliards d'euros. En 2021, le secteur emploie plus de 40.000 personnes directement et de nombreuses autres indirectement.

Une charte a été signée ce mardi sur base d’un rapport d’état des lieux du secteur. Différents groupes de travail – incluant tous les acteurs de notre écosystème  -  travailleront dans les six prochains mois sur la manière de traduire les recommandations émises en points d’actions et en politiques concrètes, notamment en terme de soutien à l’innovation, d’attractivité économique et de formation. Un des enjeux étant d’avoir les talents disponibles pour répondre aux besoins du secteur.

 

Partager cet article