21.10.21
20:10

Sommes-nous vraiment dans la quatrième vague ? "Il ne faut pas être inquiet mais sonner l'alarme est important"

Ce jeudi à la Chambre, Frank Vandenbroucke (Vooruit) a tenu à rappeler l'importance de la vaccination face à l'augmentation des contaminations et des hospitalisations. Selon le ministre fédéral de la Santé, nous sommes face à la quatrième vague. 

"Il ne faut pas être inquiet à ce stade-ci, mais sonner l'alarme et sensibiliser à des mesures comme le port du masque et la vaccination est très important",

rassure Nathan Clumeck, professeur en maladies infectieuses au CHU Saint-Pierre.

"Le terme quatrième vague recouvre plusieurs réalités. Celle des contaminations, et celle des hospitalisations",

nuance le spécialiste, en expliquant que si le nombre de nouveaux cas augmente, ce n'est pas pour autant que tous les contaminés vont développer une forme grave de la maladie les poussant à se rendre à l'hôpital. En ce qui concerne les admissions, Nathan Clumeck explique qu'elles restent moins nombreuses que l'an passé.

"C'est vrai qu'une quatrième vague débute mais la gravité n'est pas ce qu'elle était l'année passée",

annonce le professeur de l'ULB dans notre journal.

 

La vaccination fait défaut ?

Pourquoi les chiffres augmentent-ils si fort et si vite en belgique, alors que le taux de vaccination est élevé ?

"Ceux qui sont opposés à la vaccination ont tendance à dire que malgré le vaccin, on a une augmentation des contaminations",

explique le spécialiste, en précisant que la vaccination a bien une efficacité limitée dans le temps.

"Après six mois, on a beaucoup moins d'anticorps efficaces. De là l'utilité d'une troisième dose."

On constate donc aujourd'hui que ceux qui ont été vaccinés il y a plusieurs mois ainsi que les non vaccinés sont plus exposés au virus.

 

Comment contrer cette vague ?

L'application des gestes barrières comme le respect des distances, le port du masque sont autant d'armes encore efficaces pour lutter contre la propagation du virus.

"Les personnes fragiles doivent porter le masque quand elles sont dans un environnement avec des personnes non vaccinées",

ajoute Nathan Clumeck à notre antenne.

"Le pass sanitaire, la vaccination, la ventilation et le port de masque sont des mesures essentielles"

Enfin, le spécialistes en maladies infectieuses se dit favorable au rallongement des vacances de Toussaint afin prendre un temps de pause nécessaire pour réfléchir aux mesures futures dans les établissements scolaires.

 

LN24

Partager cet article