20.10.21
18:35

Titre de Champion du monde, reconversion entrepreneuriale, engagement politique, qui est vraiment Philippe Saive ?

L’épopée Saive a tenu en haleine et ravi des milliers de personnes durant les années glorieuses du « ping » belge et international.

Carrière sportive, titre de Champion du monde, reconversion entrepreneuriale, engagement politique et relations, tant privées qu’avec « Jean-Mi », son frère : à 50 ans, Philippe Saive dresse le bilan dans une biographie honnête et sincère.

"J’étais totalement dans l’ombre, mais n’ayant jamais vécu autre chose, c’était normal pour moi."

« “Une vareuse de Jean-Mi ?“ “Non, non, pas celui avec les cheveux”, avait répondu le gamin, sûr de lui. »

Cet enfant, c’est Alain. Atteint du cancer, il a souhaité partir avec la vareuse de son idole : Philippe Saive. Marqué par cet élan d’amour, Philippe a souhaité se poser sur sa vie, pour comprendre et célébrer, mais aussi pour soigner et raconter.

Dans son récit biographique, Philippe Saive revient sur ses combats sportifs, mais aussi sur sa reconversion en mode caméléon : entrepreneur, organisateur d’événements et homme politique, ce passionné de golf aborde tous les sujets, y compris ses relations privées et, forcément, les liens familiaux qui l’unissent à ses parents et à son frère.

"Il n'y avait pas de cadre pour notre statut de sportifs professionnels. C'était le vide total ; il a donc fallu tout créer."

saive

Le succès des frères Saive

Le ping, ce n’est pas le foot : lorsque le succès est arrivé pour les frères Saive, il a fallu tout inventer. Philippe décrit sa version de cette ascension et la construction au fil de l’aventure qu’il a vécue à la fois comme acteur principal et spectateur de la domination de son frère.

5 événements sportifs majeurs dans la carrière de Philippe sont partagés avec beaucoup d’humanité et d’émotions. S’il n’a jamais « fait » de podium, l’homme a joué le rôle de premier supporter de l’ascension de son frère, à la manière d’un arbre qui se développe dans une autre direction lorsqu’un autre lui fait de l’ombre.

 

Pas de rivalité avec Jean-Mi ?

« “Tu étais quand même plus doué que ton frère, mais toi, tu ne travaillais pas.” Voilà la réflexion qui m’a le plus énervé dans ma vie. »

Philippe se considère comme un bon, un très bon joueur même. Si ça n’avait pas été le cas, il ne serait pas devenu Champion du monde des plus de 40 ans. C’est en toute simplicité qu’il explique qu’on compare toujours les bons joueurs aux joueurs hors catégorie, ceux « qui ne jouent pas dans la même cour ».

Avec Jean-Mi, pas question de rivalité.

"Notre relation a toujours été excellente, mais la vie peut parfois séparer deux frères" explique l’auteur. Il ajoute : "Étant d’un tempérament un poil plus fonceur, je tranche souvent bien plus vite que lui qui prend le temps de la réflexion."

Cette complicité, on la retrouve dans la carrière événementielle de ce créatif, toujours partant pour tester des idées et saisir les opportunités, sans pour autant courir après et les chercher à tout prix. En attestent l’organisation et le succès populaire des événements « ShowPing ». « Tout le monde m'a dit “oui” sur base de ma crédibilité sportive, de mon image, de mon sérieux. » raconte le sportif reconverti en organisateur d’événements. Cette casquette l’amènera à produire et porter son ami, Pierre Theunis, jusqu’au Forum de Liège.

"Je pensais réellement que la motivation des gens qui s’engagent en politique était la noblesse de l’action pour la société (…) Je suis pour ma part “licencié en débrouille à l’école de la vie” et n’ai jamais eu l’ambition de faire une carrière dans la politique."

 

Son volet politique

Le volet politique de la vie de Philippe Saive est nourri de ses relations avec Michel Daerden, père spiritueux et spirituel qui mettra le pied de Philippe à l’étrier politique. Les relations au sein du parti et les tensions sont décrites avec beaucoup de franchise : "Autant je souhaitais soutenir Stéphane Moreau, qui avait été injustement démis de son rôle de Bourgmestre faisant fonction, autant je ne me suis pas engagé pour signer l’arrêt de mort de Michel Daerden.".

Pour ses 50 ans, Philippe Saive a voulu revenir sur son parcours atypique et écrire un livre à son image : généreux et utile.

Son livre "Numéro 2" est paru le 21 septembre.

saive

Partager cet article

En lien avec l'article