07.10.21
21:04

Etienne Mougeotte, ancien dirigeant emblématique de TF1, est décédé

Après un demi-siècle d'une carrière journalistique dense, l'homme de médias et ancien dirigeant emblématique de TF1, Etienne Mougeotte est décédé jeudi à l'âge de 81 ans, sa disparition entraînant une vague de réactions au sein du paysage médiatique.

Etienne Mougeotte "est décédé cet après-midi" à l'hôpital des suites d'une maladie, a précisé Francis Morel, ami proche de la famille et de l'ancien dirigeant. L'information a également été diffusée par Europe 1 et Le Figaro, des rédactions qu'il a dirigées. 

Figure médiatique marquante, le journaliste a sillonné les rédactions parmi lesquelles France Inter, Europe 1, RTL. Mais c'est en tant que dirigeant de TF1, au sein de laquelle il est resté pendant 20 ans, que l'homme marquera les esprits.

"Etienne Mougeotte a façonné l'histoire de notre chaîne, avec lui, elle s'est installée dans les foyers des Français", a salué dans un communiqué Gilles Pélisson, actuel PDG du groupe TF1, louant "un homme de médias hors normes" à la fois "journaliste, chef d'entreprises, créateur".

Plusieurs personnalités du groupe ont, dès l'annonce de sa mort, réagi sur les réseaux sociaux.  "Avec le décès d’Etienne, la télévision perd un de ses plus grands patrons. C’est lui et lui seul qui m’a fait confiance il y a plus de 20 ans, et ça je ne l’oublierai jamais Merci Etienne", a réagi sur Twitter l'animateur Jean-Luc Reichmann.

"Le départ d’Etienne Mougeotte me bouleverse. Nous nous connaissions depuis la fin des années 60 à @Europe1 ..puis @Tele7 .. et enfin @TF1 . Avec P. Le Lay on lui doit le succès immédiat de la chaîne ! Rigoureux, inventif, programmes et infos. Patron exigeant et ami. Merci Etienne", a complété l'animateur Jean-Pierre Foucault sur Twitter.

"Immense tristesse d’apprendre la mort d’Etienne Mougeotte. Avec Patrick le Lay, il a fait TF1. Enorme professionnel de la télé, journaliste dans l’âme, passionné par la vie… Avec tous les autres, je lui dois tout", a réagi Jean-Pierre Pernaut, l’ex-animateur phare du JT de 13 heures.

 

"Journaliste absolu" 

Les réactions ont dépassé les entreprises qu’il a dirigées. Le président du directoire du groupe M6, Nicolas de Tavernost, a également salué sur Twitter "la figure exemplaire du patron de chaînes. Professionnel remarquable, il a toujours entretenu des relations amicales avec ses confrères. Merci de nous avoir beaucoup appris".

"Pour nous tous c'est une grande peine", a déclaré sur le site du Figaro Alexis Brézet, qui lui a succédé à la tête des rédactions du groupe Figaro, qu'Etienne Mougeotte a dirigées de 2007 à 2012 . "Les journalistes du Figaro  perdent plus qu'un ancien directeur : un ami et, pour beaucoup, un modèle. Toujours sur la brèche, Étienne était le journaliste absolu", a-t-il ajouté. 

Né dans un milieu modeste en mars 1940 à La Rochefoucauld en Charente, il avait commencé sa carrière en 1965 à Paris Normandie avant de rejoindre France Inter comme reporter, puis correspondant à Beyrouth. En 1981, il intègre le groupe Matra-Hachette dirigé par Jean-Luc Lagardère qui lui confie par la suite la direction du Journal du Dimanche puis de Télé 7 jours. En 1987, il est embauché par Francis Bouygues, nouveau propriétaire de TF1 fraîchement privatisée.

D'abord directeur d'antenne de la chaîne, puis vice-président du groupe de 1987 à 2007, il forme un tandem emblématique avec Patrick Le Lay, PDG de la chaîne. Dissemblables mais complémentaires, les deux hommes transforment TF1 en véritable machine à audience. TF1 s'installe rapidement comme leader incontesté de la télévision en France et fait figure d'exception en Europe.

Etienne Mougeotte prend ensuite la tête des rédactions du Figaro jusqu'en 2012, avant de diriger la même année Radio Classique où il restera jusqu'en mars 2018.

Il était également président depuis 2015 du groupe de presse Valmonde, propriétaire de l'hebdomadaire Valeurs actuelles, et qu'il avait racheté en association avec l'homme d'affaires franco-libanais Iskandar Safa et un autre ancien dirigeant du groupe TF1, Charles Villeneuve.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article