04.10.21
09:25

Le Venezuela reçoit 900.000 doses de vaccin cubain, pas encore approuvé par l'OMS

Le Venezuela a reçu dimanche 900.000 doses d'un vaccin cubain contre le Covid-19, dont le pays attend au total 15 millions de doses, a annoncé le président Nicolas Maduro, avant même son approbation par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "Aujourd'hui, 900.000 vaccins Abdala sont arrivés au Venezuela", s'est félicité le président Maduro. 

Cette annonce intervient alors que le président a annoncé le retour des cours en présentiel à tous les niveaux d'enseignement le 25 octobre.  Il a évoqué la livraison de "pas moins de 15 millions de doses pour cinq millions de compatriotes qui doivent être vaccinés", a-t-il dit, évoquant ce vaccin qui nécessite trois doses par personne. 

Le Venezuela a commencé dans un premier temps son programme de vaccination contre le Covid-19 avec le vaccin russe Spoutnik V et le chinois Sinopharm, qui nécessite deux doses.  En juillet, le gouvernement a commencé à vacciner avec le cubain Abdala, malgré les critiques du corps médical. 

Le pays a reçu le 7 septembre un premier lot de vaccins via le programme Covax de l'OMS, censé garantir l'accès aux vaccins dans les pays pauvres, avec environ 700.000 doses du vaccin chinois Sinovac, sur les 12 millions prévues. 

Maduro a assuré dimanche que dès la semaine prochaine, "le Venezuela atteindrait les 50% de l'ensemble de la population en âge d'être vacciné qui aura reçu ses deux doses", un bond vers l'objectif de vacciner 70% des 30 millions d'habitants du pays.  Selon l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), bureau régional de l'OMS, le Venezuela a vacciné jusqu'ici 5,9 millions de personnes avec deux doses.  Le pays a signalé quelque 5.000 morts du Covid, un chiffre très en-deça de la réalité selon Human Rights Watch. 

Avec une augmentation des infections ces dernières semaines, en particulier à Caracas et dans d'autres Etats centraux tels que Miranda, La Guaira et Carabobo, Maduro met en garde contre une "troisième vague". La deuxième vague, en mars, avait submergé les hôpitaux et les cliniques privées. 

Partager cet article

Partager cet article