02.10.21
21:57

Trois morts et plus de 70 blessés sur le chantier de l'Expo-2020 à Dubaï

Trois ouvriers sont morts et plus de 70 ont été grièvement blessés sur le chantier de l'Expo-2020 à Dubaï, ont indiqué samedi des responsables de l'émirat, assurant que la règlementation en matière de sécurité est conforme aux normes internationales.

Ces chiffres ont été rendus publics après un appel du Parlement européen à boycotter l'exposition universelle, dénonçant dans un résolution des violations des droits humains aux Emirats arabes unis, notamment le traitement "inhumain" des travailleurs immigrés.

Plus de 200.000 ouvriers ont pris part à la construction du site de l'exposition, en banlieue de Dubaï, où ont été érigés des centaines de pavillons.

Les Emirats arabes unis et un autre pays du Golfe, le Qatar, hôte de la Coupe du monde de football en 2022, sont fréquemment critiqués par les militants des droits humains pour le traitement réservé aux centaines de milliers d'ouvriers, dont une majorité viennent d'Asie du Sud, qui construisent leurs vastes projets.

"Malheureusement, il y a eu trois décès liés au travail et 72 blessés graves à ce jour", ont indiqué dans un communiqué les organisateurs de l'Expo-2020, assurant que le bien-être des ouvriers était leur "priorité première".

Ils ont ajouté que la construction des sites avait nécessité 247 millions d'heures de travail, affirmant que la fréquence des accidents était plus basse qu'en Grande-Bretagne.

"Nous avons mis en place des politiques, standards (...) et procédés d'envergure mondiale qui protègent (...) la santé, la sécurité et le bien-être de tous ceux qui sont impliqués dans l'Expo-2020", indiquent-ils encore.

La plupart des Etats européens participent à l'événement, malgré l'appel du Parlement européen à le boycotter.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui a visité l'exposition samedi, a déclaré que la France n'avait "pas pris part" à la résolution du Parlement.

"Notre relation avec les Emirats est (...) étroite, et nous pouvons nous dire des choses en toute transparence", a-t-il dit à la presse.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article