29.09.21
15:05

Poutine veut renforcer ses relations avec la Turquie et se félicite des compromis avec Erdogan

Le président russe Vladimir Poutine a évoqué mercredi avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan les relations parfois difficiles qu'entretiennent Moscou et Ankara, deux puissances rivales qui ont néanmoins appris à trouver des "compromis" selon lui.

"Parfois, les négociations ne sont pas faciles mais elles se concluent sur un résultat positif. Nos services ont appris à trouver des compromis favorables aux deux parties", s'est félicité M. Poutine, en accueillant M. Erdogan dans sa résidence d'été à Sotchi, sur les rives de la mer Noire.

"Je pense qu'il y a un grand bénéfice au fait que la Turquie et la Russie continuent de renforcer leurs relations", a abondé M. Erdogan, qui rencontre régulièrement le dirigeant russe.

La Russie et la Turquie entretiennent des relations complexes partagées entre rivalités régionales et intérêts économiques et stratégiques communs.

Ces dernières années, elles se sont confrontées en Syrie où elles soutiennent des camps opposés, et dans une guerre entre l'Arménie -- ennemi de la Turquie proche de Moscou -- et l'Azerbaïdjan, soutenu sans faille par Ankara.

En Syrie, les deux puissances ont parrainé des accords de cessez-le-feu dans la région d'Idleb, qui échappe au contrôle de Damas et où se trouvent des combattants pro-turcs. 

 

Des terrains d'entente, mais aussi des différends

Les deux pays ont aussi des différends dans le conflit en Libye.

Parallèlement, les deux pays se sont rapprochés à la faveur des tensions entre Moscou et les Occidentaux, et des relations de plus en plus délicates entre la Turquie et ses alliés de l'OTAN.

La Russie a par exemple vendu des systèmes anti-aériens S-400 aux Turcs, suscitant les protestations de Washington.

Ankara et Moscou ont aussi d'importants intérêts économiques communs, en particulier dans le tourisme et les exportations alimentaires.

M. Poutine a aussi mentionné l'inauguration en 2020 du gazoduc TurkStream, qui transporte du gaz russe via la Turquie et la mer Noire, en direction de l'Europe.

Cette rencontre avec le président turc marquait la fin de la période de l'isolement pour Vladimir Poutine, après avoir été en contact avec un collaborateur malade du Covid-19. Il avait annulé sa venue à plusieurs sommets depuis le 14 septembre, privilégiant une participation par visioconférence.

 

AFP

Partager cet article

Partager cet article