21.09.21
18:15

L'Iran compte acheter 2 millions de doses de vaccin Pfizer

L'Iran envisage l'achat de deux millions de doses de vaccin américano-allemand Pfizer/BioNTech, a déclaré mardi un haut responsable de la santé dans ce pays où le nombre de cas quotidiens d'infections et de décès est relativement en baisse.

"Un contrat est en train d'être établi avec l'Office des changes iranien pour l'importation d'ici un à deux mois de 2 millions de doses de vaccin Pfizer produit en Belgique", a indiqué le chef de la direction des aliments et des médicaments, Mohammad-Réza Shanehsaz, cité par l'agence de presse Fars.

"À l'heure actuelle, six vaccins: Spoutnik, AstraZeneca, Sinopharm, Bharat, Pfizer produit en Belgique et Johnson & Johnson produit en Allemagne ont reçu le feu vert", a-t-il ajouté.

Les autorités ont aussi approuvé l’utilisation en urgence de deux vaccins de production locale, notamment le COViran Barekat, disponible en quantité restreinte.

Selon les médias iraniens, le pays a reçu plus de 60 millions de doses de vaccins, notamment de la Chine.

Pays le plus durement touché par la pandémie au Moyen-Orient, l'Iran a enregistré plus de 5,4 millions de cas d'infections et près de 118.000 morts depuis le début de la pandémie, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés mardi.

Toutefois, depuis quelques jours, le nombre des cas d'infections et des morts a commencé à régresser, après plusieurs records en août de contaminations et de morts.

De l'aveu même de plusieurs responsables iraniens, ces statistiques sous-estiment largement le nombre de morts et de cas.

L'Iran fait face à ce qui est présenté comme une "cinquième vague" de la maladie, alimentée par le variant Delta, particulièrement contagieux.

Jusqu'à présent, plus de 30 millions de personnes ont reçu une première dose et 14,1 millions de personnes (sur les quelque 83 millions d'habitants) ont été complètement vaccinées. L'Iran a administré au total 44,4 millions de doses depuis février.

Dimanche, les autorités ont annoncé l'ouverture des musées de Téhéran et des principales villes du pays, après plus d'un an de quasi-fermeture à cause de la pneumonie virale.

Partager cet article

En lien avec l'article