20.09.21
07:02

Audition à haut risque pour le favori des législatives allemandes

Le favori des élections législatives allemandes, Olaf Scholz, affronte lundi une audition parlementaire à haut risque, à quelques jours du scrutin, sur une affaire de blanchiment d'argent mettant en cause le ministère des Finances qu'il dirige.

Le social-démocrate doit se justifier devant la commission des Finances du Bundestag sur la non-transmission à la justice, par des fonctionnaires de son ministère, d’éléments concernant une opération présumée de blanchiment d'argent.

Cette audition en visioconférence fait suite à la perquisition, début septembre, des locaux du ministère des Finances à Berlin par le parquet d'Osnabrück, en charge du dossier. Cette affaire intervient pour Olaf Scholz au plus mauvais moment, dans la dernière ligne droite avant le scrutin législatif de dimanche.

Ses adversaires politiques, les écologistes et les conservateurs d'Angela Merkel, entendent bien le mettre en difficulté, alors qu'il reste en tête des derniers sondages. Il est crédité d'autour de 25% des intentions de vote, contre un peu plus de 20% pour la droite et 15% pour les Verts. Dimanche soir, il a en outre remporté le dernier débat télévisé réunissant les trois grands partis en compétition, 42% des téléspectateurs le donnant vainqueur.

Paiement vers l'Afrique

Le point de départ de l'affaire examinée par les députés, en 2020, porte sur des paiements suspects à destination de l'Afrique d'un montant supérieur à un million d'euros.

Un rapport sur cette affaire, reçu par le l'Office central d'enquête sur les transaction financières (FIU), sous tutelle du ministère des Finances, n'a "pas été transmis aux autorités judiciaires", ce qui a empêché "l'arrêt de ce paiement", selon le parquet.

Or, cette transaction avait pour toile de fond du trafic d'armes et de drogues ainsi que du financement de terrorisme. La justice soupçonne d'autres manquements similaires. Elle estime que "des soupçons de blanchiment d'argent se chiffrant en millions d'euros" n'ont "pas été transmis à la police et à la justice".

Pour "vérifier si et, le cas échéant, dans quelle mesure, la direction et les responsables des ministères (...) ont été impliqués dans les décisions de la FIU", le parquet a donc ordonné récemment des perquisitions aux ministères des Finances et de la Justice.

Immédiatement, l'opposition au Bundestag autour des Verts, des libéraux et de la gauche radicale, a convoqué Olaf Scholz, jugeant sa responsabilité engagée. "Il est juste qu'Olaf Scholz réponde à la commission des Finances (...) avant les élections", a indiqué à l'AFP la députée des Verts Lisa Paus, estimant que "c'est la dernière chance pour lui de regagner la crédibilité perdue".

Complot?

Irrité par ces perquisitions en pleine campagne électorale, M. Scholz a critiqué la méthode des enquêteurs, estimant qu'ils "auraient pu lui poser (leurs questions, ndlr) par écrit". Il a dénoncé à demi-mot un complot politique le visant. Menacés par une défaite historique, les conservateurs de la CDU se sont aussi saisis de cette affaire pour multiplier les attaques.

"Quand un parquet perquisitionne un ministère, la bonne réaction est de dire : nous allons aider la justice" et non de dénoncer des complots de manière "populiste", a tancé le chef de file des conservateurs, Armin Laschet. Olaf Scholz n'en est pas à sa première affaire embarrassante : son administration a été critiquée pour son absence de vigilance l'an dernier lors de la faillite de la société Wirecard, le plus gros scandale financier de l'après-guerre dans le pays.

Cette entreprise de paiements en ligne avait dû avouer en juin 2020 que 1,9 milliard d'euros inscrits dans ses comptes n'existaient pas. M. Scholz avait là aussi du répondre aux questions musclées des parlementaires, dans le cadre d'une commission d'enquête spéciale.

L'affaire avait contraint l'exécutif à présenter en début d'année une vaste réforme de la Bafin, l'organe allemand de régulation financière, afin de lui donner plus de pouvoirs.

Partager cet article

En lien avec l'article