01.09.21
11:51

Biden approuve une méga-enchère de pétrole et de gaz, un recul sur le climat

L'administration du président américain Joe Biden a annoncé mardi qu'elle prévoyait d'ouvrir plus de de 320.000 km2 dans le golfe du Mexique à l'exploration pétrolière et gazière, après qu'un tribunal eut statué contre le moratoire imposé par le gouvernement dans la région.

Cette décision représente un recul important pour l'ambitieux programme climatique de la Maison blanche et a été rapidement critiquée par une coalition de groupes environnementaux.

Le Bureau de gestion de l'énergie des océans (BOEM) du ministère de l'intérieur prévoit un avis de mise en vente final en septembre, "avec une adjudication qui suivra à l'automne de cette année", a déclaré l'agence dans un communiqué.

En janvier, M. Biden avait annoncé un moratoire sur les nouveaux forages pétroliers et gaziers sur les terres fédérales dans l'attente d'une révision, alors que le démocrate cherchait à placer la crise climatique au cœur de sa présidence.

Mais en juin, un juge fédéral de Louisiane nommé par l'ancien président Donald Trump a rendu une décision obligeant l'administration à obtenir l'approbation du Congrès pour sa pause.

Selon un compte rendu de décision mis en ligne, le gouvernement prévoit de mettre aux enchères jusqu'à 1,1 milliard de barils de pétrole et 125 milliards de m3 de gaz.

Le document prend note du nouveau rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat "détaillant les observations d'un changement climatique rapide dans toutes les régions du monde", mais déclare que celui-ci ne présente pas de motif suffisant pour modifier la déclaration d'impact sur l'environnement à ce stade.

A la suite de cette publication, des groupes environnementaux dirigés par Earthjustice ont poursuivi le BOEM et la secrétaire d'État à l'intérieur Deb Haaland.

"Cette vente est profondément décevante. L'administration Biden s'est pliée à l'industrie pétrolière en s'appuyant sur sa campagne de désinformation et de pression politique, ignorant l'urgence climatique croissante à laquelle nous sommes confrontés", a déclaré Brettny Hardy, avocat d'Earthjustice.

 

AFP

Partager cet article