31.08.21
09:18

Pensions: le baril de poudre de Karine Lalieux

Les écologistes se rangent aux côtés du Parti socialiste: pas question d'avoir travaillé au moins 20 ans pour avoir accès à la pension minimum. Tensions en vue sur un dossier que doit trancher la ministre Karine Lalieux. Explications avec Martin Buxant dans La Matinale.

La réforme des pensions est le dossier de la semaine. La ministre fédérale en charge du dossier, la socialiste Karine Lalieux, est censée venir avec une proposition sur la table dès ce vendredi en Conseil des ministres et cela agite les protagonistes de la coalition Vivaldi. Les positions en présence sont diamétralement opposées. On pourrait schématiser en disant que c'est gauche VS droite comme souvent, mais on peut être un peu plus fin que cela.

 

La grande nouveauté du jour, c'est la prise de position du parti Ecolo dans le dossier. Ecolo penche à gauche, on peut donc penser qu'ils vont s'aligner sur le Parti socialiste mais ils apportent des nuances. Le problème porte essentiellement sur la durée effective de la carrière afin de disposer d'une pension minimum. Une carrière de 30 ans avec 20 ans de travail effectif, c'est non pour le PS et pour Ecolo. Et la présidente de la commission des affaires sociales le dit ce matin: "Qu'est ce qu'on va faire avec ceux qui n'ont pas une carrière décente? Ils vont simplement rebasculer dans le régime de la grapa (la fameuse garantie de revenus pour les personnes âgées) avec une pension très light, et qui sont ces gens sur  le régime de la grapa? Hé bien, essentiellement des femmes. Pour Ecolo, si on fixe ce critère de 30 ans de carrière et 20 ans de travail, on contrevient donc clairement aux principes d'égalité et au souhait initial de ce gouvernement fédéral de réduire l'écart entre les deux sexes.

 

Les libéraux, eux, sont remontés à bloc. Avec la phrase assénée la semaine dernière par Georges-Louis Bouchez: "Si vous avez bossé 29 ans comme indépendant, vous avez une pension plus faible que quelqu'un qui est resté au chômage durant 30 ans", ça ne va pas. Avouez quand même: 30 ans de chômage, ce n'est pas si courant que cela. MAIS Les libéraux insistent pour qu'on intègre le critère des 20 ans de travail dans la réforme, sauf que... l'accord de gouvernement de la Vivaldi est tout à fait flou à cet égard là. On peut y lire ceci: "Outre une carrière minimale de 30 ans pour la pension minimum, une condition d'emploi effectif d'une taille encore a determiner ou une mesure équivalente sera introduite". Cela laisse donc beaucoup de marge aux interprétations et donc aux disputes entre partenaires.

 

Et Karine Lalieux, que dit-elle? Pour l'instant, pas grand chose. Elle sait qu'elle est assise sur un baril de poudre et qu'en s'agitant trop elle va allumer la mèche qui empêchera toute réforme et bloquera le dossier. Tout juste a-t-elle qualifié la semaine dernière les sorties des libéraux de "provocations". Elle est à gauche, Karine Lalieux, et elle sait que les syndicats notamment l'attendent au tournant sur cette question des pensions. On peut donc s'attendre à ce qu'elle tienne le gouvernail a gauche et refuse les conditions trop drastiques posées par les libéraux. Verdict vendredi en conseil des ministres.

Partager cet article

Partager cet article