31.08.21
14:33

L'Union européenne veut éviter une nouvelle crise migratoire suite au conflit afghan

Les 27 de l'UE tentent mardi à Bruxelles de trouver un consensus pour aider les pays voisins de l'Afghanistan qui hébergent des réfugiés fuyant les talibans et pour harmoniser les critères d'accueil sur le continent, afin de prévenir un afflux comparable à celui de 2015.

"Il est important que nous soyons en position d'éviter une crise humanitaire, une crise migratoire et des menaces sécuritaires en provenance d'Afghanistan", a déclaré la commissaire européenne Ylva Johansson en arrivant à la réunion des ministres de l'Intérieur.

"Mais nous devons agir maintenant, et ne pas attendre de voir des afflux de personnes à nos frontières extérieures, ou de voir des organisations terroristes se renforcer", a ajouté la responsable suédoise. 

"Tout le monde voudrait éviter une situation comparable à 2015, et nous pouvons l'éviter, nous sommes beaucoup mieux préparés", a estimé la commissaire aux Affaires intérieures, qui a aussi souligné l'importance de travailler avec le reste de la communauté internationale pour l'accueil des personnes menacées par les talibans en Afghanistan.

Aucun engagement chiffré de la part des Etats membres pour accueillir de réfugiés afghans n'est toutefois attendu lors de la réunion de mardi, a-t-elle précisé. Mais des promesses de "réinstallations" de réfugiés quelle que soit leur nationalité doivent être présentées par les 27 d'ici la mi-septembre, dans le cadre d'un processus habituel, qui pour 2020 prévoyait plus de 30.000 places dans les pays de l'UE.

Protéger les Européens 

Les ministres doivent approuver une déclaration qui prévoit d'apporter un soutien aux pays voisins de l'Afghanistan pour leur permettre d'accueillir les réfugiés en provenance de ce pays, aux mains des talibans depuis la mi-août.

Dans le projet de texte vu par l'AFP, les Etats membres se disent "déterminés à agir conjointement pour empêcher le retour de mouvements migratoires illégaux et incontrôlés à grand échelle", comme en 2015 lorsque l'Europe avait été débordée par l'arrivée de plus d'un million de migrants fuyant pour la plupart la guerre en Syrie.

L'ONU s'attend à un demi-million de réfugiés afghans de plus en 2021.

L'UE s'engage à "renforcer son soutien" aux pays voisins de l'Afghanistan "accueillant de nombreux migrants et réfugiés pour accroître leur capacité à fournir une protection, des conditions d'accueil dignes et sûres et des moyens de subsistance durables". L'objectif est de "garantir que ceux qui en ont besoin reçoivent une protection adéquate principalement dans la région".

Les Etats membres s'inquiètent aussi du risque terroriste, promettant de "faire leur maximum pour garantir que la situation en Afghanistan ne mène pas à de nouveaux risques sécuritaires pour les citoyens de l'UE". Ils mettent l'accent sur "l'exécution en temps utile des contrôles de sécurité des personnes évacuées d'Afghanistan", toujours selon le projet de déclaration.

En tant que ministres de l'Intérieur, "notre principale responsabilité est de protéger les citoyens de l'UE d'attaques terroristes", a déclaré le ministre slovène, Ales Hojs, dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE. 

Se laver les mains

"Vous voyez ce qui se passe à tout instant à Kaboul, nous ne pouvons pas être sûrs que quelque chose comme cela ne puisse pas se produire dans le futur en Europe", a-t-il commenté.

Les organisations de défense des droits de l'homme ont quant à elles fustigé l'approche des 27, Oxfam accusant les gouvernements européens de "se laver les mains de leur obligation internationale d'offrir un refuge à ceux qui cherchent la sécurité et de s'en décharger sur d'autres pays".

"Si le soutien aux pays voisins de l'Afghanistan est indispensable, les pays européens ne peuvent pas tenir les Afghans à distance, mais doivent au contraire prendre la tête des efforts visant à accueillir ceux qui fuient pour sauver leur vie", a déclaré Erin McKay, de cette ONG. 

Amnesty International a aussi exhorté les pays de l'UE à ne pas "reporter la responsabilité de la protection des réfugiés sur des pays tiers".

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article