22.08.21
21:39

"Joe Biden partait en vacances alors que l'Afghanistan s'écroulait", Trump critique son successeur

L'ancien président américain Donald Trump critique son successeur Joe Biden au sujet du retrait chaotique des États-Unis en Afghanistan, le qualifiant de "faiblesse à la Maison Blanche", lors d'un rassemblement dans l'État d'Alabama, dans le sud des États-Unis.

"Lorsque j'étais président, nous n'avions que de la force", ajoute l'ancien dirigeant.

"Il a livré notre base aérienne, il a livré nos armes, il a livré notre ambassade. On a dépensé un milliard de dollars pour construire cette ambassade hallucinante. Et il a abandonné nos chers citoyens américains. Ils sont livrés à eux-mêmes. Ils ne se rendent pas compte.",

a annoncé Donald Trump.

"Souvenez-vous de ceci, les talibans sont durs. Et ils ne respectent pas notre pays, ils ne respectent pas notre président. Ce n'est pas bon. Ils sont en place maintenant. Et ils ne savent pas ce qui va se passer, nos citoyens. Joe Biden partait en vacances alors que l'Afghanistan s'écroulait."

a-t-il ajouté.

"Et voilà ce qui se passe lorsque vous avez de la faiblesse à la Maison-Blanche, vous ne pouvez pas vous permettre d'avoir de la faiblesse à la Maison Blanche, votre président doit être respecté. Quand j'étais président, nous n'avions que de la force."

"Ce qu'on a fait, le pétrin dans lequel on s'est mis c'est tout simplement incroyable. Mais on aurait pu partir avec honneur. Et on aurait dû partir avec honneur. Et au lieu de ça, on est partis avec l'exact opposé."

a conclu l'ancien dirigeant.

Une semaine après la secousse causée dans le monde par leur prise du pouvoir en Afghanistan, les talibans ont reproché dimanche aux États-Unis d'être responsables du chaos à l'aéroport de Kaboul, où des dizaines de milliers d'Afghans tentent toujours de quitter leur pays à tout prix.

Face à cette situation, les dirigeants du G7 vont tenir une réunion virtuelle mardi, a annoncé le  Premier ministre britannique Boris Johnson, dont le pays assure actuellement la présidence du groupe.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article