18.08.21
13:01

Une troisième dose pour les personnes vulnérables: qui est concerné et pourquoi?

Cette fois, c'est officiel. Les personnes les plus vulnérables vont recevoir une troisième dose du vaccin contre le covid-19. La task force vaccination l'avait conseillé, les ministres de la Santé ont donc suivi son avis.

Mais qui sont alors ces personnes concernées par ce rappel de vaccin? Réponse avec l'immunologiste et professeur à l'UCLouvain Sophie Lucas, invitée du journal d'Anne-Sophie Depauw:

 

Qui sont les immunodéprimés?

"Les immunodéprimés sont des personnes dont le système immunitaire n'est pas aussi efficace que chez des personnes qui ne sont pas atteintes de certaines maladies, ou reçoivent certains traitements. Ces personnes immunodéprimées sont non seulement extrêmement susceptibles de faire des formes sévères du covid-19, mais donnent également des réponses relativement faibles aux vaccins. Parce que le vaccin fait appel au système immunitaire, stimule le système immunitaire, et les personnes immunodéprimées ne font pas de bonnes réponses protectrices au vaccin. Il s'agit donc d'essayer d'augmenter cette protection chez ces personnes qui en ont particulièrement besoin.

Ce sont essentiellement des personnes qui ont reçu une greffe d'organe, il y a peu de temps, ou il y a beaucoup plus longtemps, et qui sont sous traitement immunosuppresseur pour leur permettre de tolérer leur greffe d'organes. Des personnes qui souffrent de cancer et qui reçoivent des traitements qui mettent leur système immunitaire en défaillance transitoire pendant ce traitement. Ou encore, de manière plus rare, des personnes qui ont des d'immunodéficience congénitales ou de déficience héréditaire. Donc toute une série de personnes dont le système immunitaire est déficient à cause d'un traitement ou d'une maladie."

 

Pourquoi une troisième dose est-elle importante?

"C'est un principe général du fonctionnement du système immunitaire. C'est quand, quand on ré-expose le système immunitaire au même antigène plusieurs fois, les réponses secondaires ou tertiaires sont toujours plus intenses et plus persistantes que les premières réponses. Donc, il s'agit d'une tentative en fait de booster un système immunitaire défaillant.

Il y a de nombreuses études aujourd'hui qui montrent, qu'effectivement, deux doses ont tendance à ne pas suffire chez les personnes immunodéprimées. Et donc, c'est une démarche parfaitement logique, avec déjà quelques éléments de science fondamentale et d'études qui semblent démontrer qu'une troisième dose peut aider certains de ces patients immunodéprimés. Peut-être pas tous, mais permet en tout cas d'augmenter des réponses qui n'ont pas été suffisamment réduites par les deux premières doses."

 

Se dirige-t-on alors vers un rappel de vaccin pour l'ensemble de la population?

"Il faut bien distinguer les choses. Ici, il s'agit vraiment d'une adaptation du schéma vaccinal à des personnes qui ont tendance à ne pas bien répondre au vaccin: ajouter une troisième dose dans un laps de temps relativement court avant les deux premières doses.

Les rappels dont on pourrait avoir besoin à 6 ou 12 mois, pour l'instant, ce sont des rappels à plus long terme dans l'ensemble de la population. La nécessité de ces rappels, elle, n'est pas encore clairement établie. Devra-t-on avoir besoin d'une troisième dose dans la population générale pour maintenir l'immunité contre le covid et surtout contre ses nouveaux variants émergents? Ce n'est pas encore bien clair. C'est quelque chose qu'on est encore en train d'étudier, mais il ne serait pas étonnant qu'on doive y arriver un jour. Évidemment, la question principale aujourd'hui, et ce qui est ce qui est capital, c'est de surtout donner deux premières doses à l'ensemble de la population."

Partager cet article

En lien avec l'article