Isopix
10.08.21
17:04

La Belgique et cinq autres Etats de l'UE demandent à Bruxelles de maintenir les expulsions de migrants afghans

Alors que les combats s'intensifient en Afghanistan, six Etats membres de l'UE ont adressé une lettre à la Commission européenne demandant de ne pas suspendre les expulsions de migrants afghans, ont annoncé plusieurs gouvernements mardi.

Les gouvernements belge, danois, allemand, grec, néerlandais et autrichien demandent à l'exécutif européen de plaider auprès de Kaboul pour maintenir les rapatriements de migrants afghans, malgré un appel de l'Afghanistan à les suspendre.

Les six pays demandent à la Commission "d'engager un dialogue intensifié avec les partenaires afghans sur toutes les questions migratoires urgentes, y compris une coopération rapide et efficace en matière de retour". 

"L'arrêt des retours envoie un mauvais signal et est susceptible de motiver encore plus de citoyens afghans à quitter leur domicile pour l'UE", affirment-il également dans la lettre envoyée le 5 aout, dont une copie est parvenue à l'AFP.

Mais un haut responsable européen a déclaré que, parce que les autorités afghanes avaient notifié à Bruxelles que Kaboul suspendait ses opérations de retour forcé pendant trois mois, il y avait peu de chances que ces expulsions soient maintenues.

"Et clairement, étant donné la situation actuelle, je ne m'attends pas à ce que des opérations de retour forcé aient réellement lieu", a déclaré le responsable.

Ce responsable a également précisé que jusqu'à présent cette année, 1.200 personnes avaient été renvoyées en Afghanistan depuis l'UE, dont 1.000 étaient "volontaires" et 200 "forcées".

Les talibans ont lancé début mai une large offensive contre les forces afghanes, à la faveur des opérations de retrait définitif des forces internationales d'Afghanistan, prévu pour s'achever fin août.

Avançant à un rythme effréné, les talibans contrôlent désormais cinq des neuf capitales provinciales du Nord (six sur 34 au total dans tout le pays) et des combats sont en cours dans les quatre autres. 

Le gouvernement de Kaboul avait en juillet appelé les pays européens à cesser durant les trois prochains mois d'expulser des migrants afghans. La Suède et la Finlande avaient suspendu les renvois en Afghanistan à la suite de cet appel.

"Ce n'est pas parce que les régions d'un pays sont dangereuses que chaque ressortissant de ce pays a automatiquement droit à une protection", a déclaré sur Twitter Sammy Mahdi, secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration en Belgique. 

Le ministère de la Justice néerlandais a indiqué que les Pays-Bas ne souhaitaient pas non plus suspendre les expulsions, tout en assurant que "les développements en Afghanistan sont suivis de près". 

Les Afghans constituaient en 2020 10,6% des demandeurs d'asile dans l'UE (un peu plus de 44.000 sur quelque 416.600 demandes), le deuxième contingent derrière les Syriens (15,2%), selon l'agence statistique de l'UE Eurostat.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article