23.07.21
17:14

Voile Tokyo 2020: le vent va-t-il tourner pour Emma Plasschaert?

Jour J. Ils sont cent vingt et un. La Belgique est aux JO avec la plus grande délégation depuis un demi-siècle. Nos athlètes défendront nos couleurs dans 25 sports dont 3 d’équipes (basket, basket 3x3 et hockey) et 5 mixtes (jumping, relais 4x400m et le relais mixte en triathlon). Avec un seul espoir : celui de ramener une médaille. En 2016, la Belgique a remporté six médailles (2 d’or, 2 d’argent et 2 de bronze) et l’objectif de notre délégation est de faire aussi bien, voire mieux. Quelques heures après l’ouverture des Jeux, qui se déroulent du 23 juillet au 8 août, nous vous proposons de mettre en évidence ceux et celles qui pourraient, toute discipline confondue, monter sur le podium. Un dossier préparé par Charlotte Pijnaker.

Emma Plasschaert, première régatière belge à avoir remporté le titre mondial du Laser Radial en 2018, constitue un espoir de médaille olympique pour la Team Belgium à Tokyo. Même si les doutes s'installent.

 Après avoir gagné le “test-race” en 2019 à Enoshima et la 4e place aux Championnats du monde en 2019, Emma est sur la bonne voie pour revenir avec une médaille. Reconnue comme l’héritière d’Evi Van Acker, les performances de l’athlète à Melbourne, en 2020, ont quelque peu déçu.

L’Ostendaise avait terminé à la 9e place après s’être successivement classée 18e de cette régate de la compétition, considérée comme une répétition générale avant les JO de Tokyo.

 Par conséquent, le public belge espère que l’ex-championne aura tiré tous les enseignements de ces résultats afin de garder le cap à Tokyo. D’ailleurs, elle l’a démontré début du mois de juin lors de son dernier test pour les JO, en finissant à la 9e place au général. Sachant que 23 des 44 qualifiées pour Tokyo étaient présentes. Étant une science inexacte, la voile ne dépend que d’Emma.

Partager cet article