07.07.21
14:48

L’Inde déploie 50.000 soldats à la ligne de contrôle pour "signaler" la Chine

L'affrontement militaire du 15 juin 2020 dans la vallée de Galwan entre les deux parties a laissé des blessures ouvertes. En position fragile face à la Chine, l'Inde a récemment opté pour le déplacement de 50 000 soldats pour déstabiliser les soldats chinois, mais également afin de lui envoyer un message.

Depuis l’affrontement meurtrier dans l'est du Ladakh l’année dernière, qui a fait 20 morts parmi les soldats indiens, l'Inde et la Chine se sont lancées dans une bataille diplomatique et se sont accusées mutuellement d'avoir provoqué l'affrontement après 45 ans de paix. Il y a une semaine, l’Inde a déplacé 50 000 soldats à ses frontières avec la Chine, marquant ainsi une augmentation historique de 40% du déploiement de troupes dans la région et indiquant une évolution de sa stratégie vers une posture plus offensive. Cela porte à 200 000 le nombre total de soldats à la ligne de contrôle réel (LAC).

 

"Défense offensive"

Ce mouvement est considéré comme un changement dans la politique militaire de l'Inde, puisque le pays s'est historiquement concentré sur le déploiement de troupes à sa frontière avec le Pakistan. Le récent déploiement pourrait permettre à l'Inde d'adopter si besoin une stratégie de "défense offensive" le long des frontières contestées. En outre, cela signifie qu'un nombre plus important de troupes indiennes seront acclimatées pour s'engager dans le combat dans la région.

Bien que l’Inde et la Chine soient parvenues à un désengagement complet le long de la LAC en février dernier, des rapports suggèrent que la Chine a déplacé ses troupes du Tibet vers le commandement militaire du Xinjiang qui patrouille dans les zones contestées de la région himalayenne. Au cours des derniers mois, le pays a également construit des bâtiments pour les pistes d'atterrissage, des bunkers, des terrains d'aviation, des pièces d'artillerie à longue portée et des chars. En réponse à ces rapports, le ministère chinois des affaires étrangères a refusé de commenter les informations non fondées.

 

"Maintenant c’est terminé"

Selon Thierry Kellner, spécialiste de la politique étrangère chinoise à l’ULB, les manœuvres militaires sont inquiétantes car elles pourraient aggraver le conflit dans la région. Les récentes manœuvres interviennent après une période de calme relatif entre les deux puissances asiatiques. Ce développement est inquiétant. En effet, les deux parties sont susceptibles de patrouiller la frontière contestée de manière plus agressive. Un incident local pourrait avoir des conséquences inattendues.

Toutefois, le spécialiste affirme que la décision militaire du gouvernement indien vise à rééquilibrer le rapport de force militaire au déploiement de la Chine. L’Inde d’autrefois se sentait dans une situation de faiblesse. A ce jour, il semblerait qu'elle use la théorie du "signalling", celle d’un avertissement à la Chine pour dire : "Maintenant c’est terminé. New Delhi a suffisamment de capacités militaires pour réagir face à une menace provenant de Pékin".

Charlotte Pijnaker 

Partager cet article