23.06.21
03:53

Au pied de l’arc-en-ciel

​​​​​​​L’UEFA interdit l’illumination du stade de Munich aux couleurs arc-en-ciel LGBT pour la rencontre Allemagne-Hongrie de ce soir. Treize pays européens, dont la Belgique, veulent à présent faire plier la Hongrie où la course folle du populisme semble sans fin.

C’est un match de football de l’Euro qui est devenu le symbole de la lutte des LGBT pour leurs droits.

Oui, ça se passe ce mercredi soir a Munich, à l’Allianz Arena, où la sélection allemande de football, la Mannschaft, va affronter l’équipe de Hongrie pour décrocher une place en 1/8e de finale du tournoi.

Alors, c’est hautement symbolique parce que le stade devait être coloré et éclairé entièrement via 300000 lampes les aux couleurs de l’arc en ciel, en signe de soutien a la communauté LGBT. Mais l’UEFA, l’instance dirigeante du football européen, a interdit cette mise en lumière parce que c’est dit-elle, un « geste politique », et qu’elle se doit de rester neutre.

Pourquoi vouloir éclairer l’Allianz Arena de Munich précisément ce soir ?

Parce que la communauté LGBT est maltraitée dans la Hongrie du Premier ministre Viktor Orban. On en a déjà parlé hier, mais, pour mémoire, une loi à caractère homophobe a été adoptée il y a dix jours par la majorité d'Orban, elle fait notamment des amalgames intolérables entre la pornographie et l’homosexualité et prévoit que "la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans". On veut que l’éducation sexuelle reste entre les mains des parents, dit-on au gouvernement de M. Orban, il n’y a pas de mal à défendre les valeurs de la "famille traditionnelle".

Cette loi suscite évidemment un tollé de la part de l’opposition, mais aussi de la communauté internationale.

Hier, La Belgique a été a l’initiative d’un courrier signé par 13 pays, dont la France, les Pays-Bas et l’Allemagne, enjoignant la Commission de faire plier la Hongrie sur cette loi homophobe. "L’Europe n’est pas une communauté de valeurs à la carte", a dit Mme Sophie Wilmès. "On est plus au Moyen-Âge", a abondé son collègue luxembourgeois, ministre des Affaires étrangères.

Curieux petit monde que celui de l’UEFA, un tout petit monde régi d’abord et avant tout par ses intérêts propres et de l’argent qu’il peut en tirer. Souvenez-vous, on avait déjà évoqué il y a quelques semaines, l’UEFA et son patron Alexandre Ceferin, quand l’instance dirigeante du football européen était venue pleurnicher sur la menace que constituait le projet de Super League. Le projet a été tué dans l’œuf, et les larmes de l’UEFA ont vite séché. L’instance a donc été saisie par la Hongrie pour protester contre l’illumination du stade de Munich aux couleurs de l’arc-en-ciel, une illumination qu’elle juge comme une provocation à son égard, et l’UEFA a donc donné droit à la demande de la Hongrie au motif que foot et politique n’avaient rien a faire ensemble.


Évidemment, et en interdisant l’illumination du stade, l’UEFA donne le signal que toutes ses campagnes de promotion de la diversité dans le football, c’est de la poudre aux yeux, et que lorsque se pointent de vrais enjeux, elle préfère mettre sa tête dans le sable. Courage, fuyons…

 
Du coup, pas d’arc-en-ciel a Munich ce soir, ou presque, puisque le brassard du capitaine et gardien de but Manuel Neuer sera aux couleurs de l'arc-en-ciel en signe de soutien aux LGBT. L’hôtel de ville de Munich sera illuminé également tout comme différents stades dans le pays, à Berlin notamment. Chez nous, on notera que, hier soir, la Ghelamco Arena, le stade de Gand était illuminé aux couleurs de l’arc-en-ciel.

C’est peut etre un détail pour vous, mais pour certains, ça veut dire beaucoup.

Partager cet article

En lien avec l'article