21.06.21
09:45

Jürgen Conings, épilogue d'une triste histoire belge

Malgré les moyens colossaux déployés par l’armée, ce sont des promeneurs du dimanche qui ont découvert le cadavre de Jürgen Conings. Épilogue d’une triste histoire belge.

35 jours de traque et on a enfin découvert, hier, le corps de Jürgen Conings. L’armée belge, la police belge, des hélicoptères de combat, des chiens renifleurs, un soutien de l’armée hollandaise et de l’armée allemande, quasiment un million d’euros pour cette traque qui a mobilisé des ressources colossales… et finalement… Ce sont deux vététistes qui ont retrouvé Jürgen Conings lors de leur promenade du dimanche matin.

On est quand même en droit de s’interroger sur l’efficacité de nos services de sécurité qui, rappel, ont déjà raté l’épisode de la transmission de l’information de la radicalisation à l’extrême droite de Conings. Là, le militaire n’a pas dû être débusqué à l’autre bout du monde ou dans une cache abritée par des soutiens d’extrême droite, mais bel et bien dans le parc des Haute Campines, un parc que nos services sont censés avoir ratissés de long en large depuis le premier jour de la disparition du militaire… Ca laisse quand même songeur.

 

Les promeneurs du dimanche ont en fait été alertés par l’odeur du cadavre. En état de décomposition, le corps dégageait une forte odeur, ont rapporté les promeneurs. Et le hasard fait que deux vététistes différents ont découvert le cadavre et alerté les services de sécurité dimanche.

La vidéo du chasseur qui explique comment il a fait pour s’approcher du cadavre malgré l’odeur, en retenant sa respiration par moment, est déjà culte…

 Bref, l’homme retrouvé était en possession d’armes de poing, dérobées, on s’en souvient, dans l’armurerie militaire. Il se serait apparemment suicidé, mais le parquet ne veut pas confirmer cette information avant d’avoir avancé dans son enquête.

On est donc bien loin du Rambo qu’une partie de l’extrême droite portait aux nues. En tous cas, pour en faire une figure symbolique de la résistance au diktat politique et virologique, il faudra repasser. Et c’est tant mieux parce que c’est un demi-mythe que ne pourra pas utiliser la fachosphère pour sa propagande et pour ériger Conings en héros brimé par la société aux ordres des virologues.

Jürgen Conings, censé être rompu aux techniques de survie dans la nature, est allé se donner la mort dans un parc de Campine, c’est dramatique et c’est très triste, mais ça en dit bien davantage sur sa nature dépressive et suicidaire que sur ses capacités supposées de guerrier

Les fonctionnaires du risque ont donc déclaré hier que vu que le cadavre de Conings avait été retrouvé, il n’y avait plus vraiment de menace ni de raisons de s’inquiéter. Circulez, y a plus rien à voir. Du coup, Marc van Ranst peut sortir de la cache où il était depuis cinq semaines, et où il twittait plus vite que son ombre. Hier, il a donc twitté. Très classe : une pensée pour la famille de Jürgen Conings.  

Allez, on circule, cette fois, il n’y a vraiment plus rien à voir.

 

Partager cet article

En lien avec l'article