11.06
06:50

Dans l'Italie de Draghi, l'extrême droite gagne du terrain

Avec environ 20% des intentions de vote, Frères d'Italie est en pole position pour les prochaines élections, qui, selon les experts, devraient donner naissance au parlement le plus à droite depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Presque tous les partis politiques italiens se sont ralliés à Mario Draghi lorsqu'il est devenu Premier ministre, à l'exception notable de la formation d'extrême droite dirigée par Giorgia Meloni, qui ne cesse de progresser dans les sondages.

Meloni, qui a adopté le slogan fasciste "Dieu, patrie et famille", et son parti Frères d'Italie (FDI, du nom de l'hymne national italien) sont sur le point de dépasser dans les sondages d'opinion la Ligue, le parti anti-immigration de Matteo Salvini.

Avec environ 20% des intentions de vote, Frères d'Italie est en pole position pour les prochaines élections, qui, selon les experts, devraient donner naissance au parlement le plus à droite depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Les prochaines législatives ne sont pas prévues avant 2023, et Draghi reste le politique le plus populaire du pays, mais Giorgia Meloni ne fait pas mystère de ses ambitions: "Je n'ai pas peur, je suis prête à faire ce que les Italiens me demandent", a-t-elle affirmé le mois dernier sur les ondes de la RAI, la télévision publique.

 

"Je m'appelle Giorgia" 

 

FDI a bien sûr bénéficié du fait d'être le seul grand parti dans l'opposition au gouvernement d'unité nationale de Mario Draghi, qui rassemble un large éventail allant de la gauche à la Ligue de Salvini.

"En tant que seul parti d'opposition, vous disposez de plus de temps de parole et surtout vous pouvez dire des choses que les partis membres de la coalition ne peuvent pas dire", a estimé pour l'AFP Wolfgango Piccoli, co-président du cabinet de consultants Teneo.

Meloni, 44 ans, s'est montrée particulièrement critique sur les restrictions liées au Covid, jugées excessives, et a fustigé les arrivées en Italie de migrants en provenance d'Afrique du Nord.

Selon Wolfgango Piccoli, elle progresse essentiellement en grappillant des électeurs à la Ligue, dont le leader Matteo Salvini ne peut plus surfer sur le sentiment anti-élites vu que son parti compte des ministres au gouvernement.

FDI, qui a déjà dépassé dans les intentions de vote le Mouvement 5 Etoiles (antisystème, actuellement le premier parti au parlement) et le Parti démocrate (centre-gauche), talonne désormais la Ligue.

Meloni se présente comme une championne du patriotisme et des valeurs chrétiennes traditionnelles, qu'elle juge menacées par les élites "mondialisées" et le mouvement de défense des droits des homosexuels.

Très présente dans les médias, elle a récemment publié une autobiographie à succès intitulée "Je m'appelle Giorgia", dans laquelle elle livre des détails intimes comme le fait que son père a abandonné sa mère avant sa naissance.

"Je n'ai pas peur de réaffirmer pour la énième fois que je n'ai pas le culte du fascisme", a-t-elle affirmé dans son livre, même si elle a exprimé sa sympathie pour tous les néo-fascistes tués lors des violences ayant marqué l'Italie dans les années 70.

Son livre n'a pas été épargné par la polémique: une librairie de gauche à Rome a ainsi refusé de le mettre en vente.

 

"Un peu de ménage"

 

Meloni, qui a grandi à Rome dans le quartier populaire de Garbatella, a d'abord rejoint le mouvement de jeunesse du Mouvement social italien (MSI), un parti aujourd'hui disparu fondé par des partisans de Mussolini après la Seconde Guerre mondiale.

Elle demeure une personnalité très clivante, mais pour Marco Tarchi, professeur de Sciences politiques à l'université de Florence et militant d'extrême droite dans sa jeunesse, cela n'est pas un obstacle à sa popularité.

Les gens aiment "la nature radicale de certaines de ses positions, par exemple sur l'immigration et la famille traditionnelle, et aiment la façon dont elle les exprime", a-t-il expliqué à l'AFP.

"Elle sait qu'elle ne peut pas plaire à tous les Italiens", estime-t-il, mais "elle s'adresse assez clairement" aux électeurs de droite, qui selon lui sont majoritaires dans le pays.

En outre, "c'est une femme, et de plus relativement jeune, et à une époque où le féminisme et la jeunesse dominent, ça aide!"

Giorgia Meloni, ministre dans le gouvernement de Silvio Berlusconi entre 2008 et 2011, est alliée en Europe aux extrémistes de droite anti-européens - Vox en Espagne, le parti Droit et Justice (PiS) en Pologne - et une partisane de l'ancien président américain Donald Trump.

Pour Wolfgango Piccoli, FDI doit encore faire "un peu de ménage" dans ses racines néo-fascistes et renforcer son équipe dirigeante. "En Italie, on a vu que les astres politiques peuvent cesser de briller du jour au lendemain", met-il en garde.

Partager cet article

En lien avec l'article