02.06.21
09:08

La pomme (pourrie) tombe près de son arbre

Jürgen Conings, militaire radicalisé à l’extrême droite et violent, était bien membre du Vlaams Belang l’année dernière. Rien de surprenant qu’un parti qui a érigé le racisme et le rejet de l’autre en ligne de conduite soit une terre d’accueil pour un personnage comme Conings …

Les journaux De Morgen et Le Soir ont reçu hier la confirmation que Jürgen Conings, militaire radicalisé a l’extrême droite, violent, et en fuite depuis deux semaines après entre autres avoir volé des lance-roquettes et menacé de mort un virologue, était membre du parti Vlaams Belang l’année dernière en 2020. Membre et en ordre de cotisation…

Pourtant le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, avait fanfaronné en disant qu’il n’avait rien à voir avec Jürgen Conings. Le voilà particulièrement embêté. Il y a dix jours, il avait dit ceci: "Je trouve dommage qu’on essaye de salir mon parti en y associant Jürgen Conings. C’est quelqu’un qui a des problèmes psychologiques, qui s’est radicalisé à cause du Covid et qui veut s’en prendre aux virologues, il n’y a pas de lien avec mon parti et je regrette qu’on essaye de faire des amalgames."

 Circulez, y a rien à voir. Sauf que Conings était bel et bien membre du VB en 2020 et en ordre de cotisation.

Qu’est ce que ça dit finalement du Vlaams Belang ?

D’abord, ça dit l’amateurisme du Vlaams Belang et de sa structure qui n’ont pas été capables d’aller vérifier le listing de leurs membres pour voir si le nom de Conings y figurait. On ne peut décemment penser que M. Van Grieken était au courant et qu’il ait caché cette information. Cette information était grosse comme un éléphant dans un corridor: elle allait être connue tôt ou tard. Amateurisme, donc, puisque le Vlaams Belang n’a même pas été fichu de checker. "Et alors? L'armée non plus n’a pas bien screené Conings", s’est défendu Van Grieken hier sur les réseaux sociaux.

Secundo, si l’affaire révèle l’amateurisme du VB, elle dit ensuite surtout  la dangerosité d’une formation politique qui, sous des dehors présentables, n’est pas grand-chose d’autre qu’un conglomérat de personnes dont le plus petit commun dénominateur est le racisme, le rejet de l’autre et/ou le populisme. Pour le dire autrement, la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre et n'on imagine pas Jurgen Conings et ses sympathies radicales aller militer dans un autre parti que le Vlaams Belang. Si on est d’extrême droite, si on est violent, en Belgique, en 2021, on va militer au Vlaams Belang. Point.   

Partager cet article

En lien avec l'article