01.05.21
12:28

"Les travailleurs ne demandent pas un pot de choco, ils exigent le respect"

Pour la deuxième année consécutive, les partis politiques ont présenté des discours virtuels à l'occasion du 1er mai.

Le PTB a ouvert le bal à 10h ce matin. Raoul Hedebouw, le porte-parole du PTB, a profité de cette journée pour inviter les autres partis de gauche à soutenir la proposition de loi Goblet-Hedebouw, pour libérer les négociations salariales. "La question n’est pas le nom de la loi, il s’agit de libérer les négociations salariales et de donner à la classe travailleuse le respect qu’elle mérite."

Le député du PTB réagit également aux récentes déclarations des socialistes par rapport aux négociations salariales : "Le PS dit maintenant : sans augmentation de salaire, pas de dividendes non plus pour les actionnaires. Évidemment, un gel des dividendes est une bonne mesure. Cela permettra d’avoir plus d’argent pour augmenter les salaires. Pendant 25 ans, ce gel des dividendes était tabou, même quand les socialistes étaient au gouvernement. C’est très clair : les lignes commencent enfin à bouger. C’est le résultat de la mobilisation des travailleurs et évidemment aussi de la montée du PTB dans tout le pays. Mais ne nous y trompons pas. L’essentiel reste que la norme salariale doit disparaître. 0,4 % c’est insuffisant."

Pour Raoul Hedebouw, c’est "la popularité croissante du PTB dans tout le pays" qui fait bouger les lignes. "Qu’il s’agisse des pensions, des salaires ou de lever les brevets sur les vaccins, le PTB fait bouger les lignes. C’est aussi ça, le rôle de la gauche : retrouver la fierté, retourner à l’offensive pour faire reculer la droite."

Dans plus de 20 villes dans tout le pays, le PTB mène aujourd’hui des actions, dans le respect des règles sanitaires, à l’occasion du 1er Mai.

 

L'intégralité de son discours ci-dessous :

Partager cet article