27.04.21
09:30

Culture, le premier test

A Bruxelles, un premier événement test a eu lieu au KVS. Lourd à organiser, cher, ce n’est pas la porte de sortie rêvée pour et par le secteur culturel. Explications avec Martin Buxant dans La Matinale.

On les attendait depuis un bail, ils sont là. Enfin, ils arrivent au compte-gouttes: les fameux événements tests du secteur culturel… Et on a mal au cou à force d’avoir cherché pour les trouver: il y en a eu un hier, lundi. Plutôt un test de spectacle test, puisqu’il n’était accessible qu’aux médias et aux professionnels du spectacle. C’était au KVS, le théâtre flamand de Bruxelles, un théâtre subventionné par la communauté flamande et la ville de Bruxelles

 

Le ministre-président flamand Jan Jambon et le bourgmestre de Bruxelles Philippe close sont venus s’y faire photographier. Les flash crépitaient, c’était Cannes à Bruxelles. Ils y sont allés de leurs petits commentaires également, Philippe Close mettant en garde tous ceux, dans le secteur culturel, qui seraient tentés d’ouvrir sans autorisation à partir du 1er mai.  Concrètement, pour ceux qui sont tentés d’être volontaire, on s’inscrit en ligne sur le site du KVS, on arrive à l’avance, on a un test rapide dans une tente prévue à cet effet... Et 20 minutes plus tard, si vous êtes négatif, vous êtes dirigé par les équipes du KVS vers votre place, masqué et avec votre bulle. Et vous assistez finalement à votre spectacle. La jauge est  à 100 personnes par soir. Sept jours plus tard, vous devez à nouveau vous faire tester et les données seront compilées afin d’en tirer les enseignements épidémiologiques nécessaires. 

 

Il va y avoir d'autres tests, mais soyons clairs, ces événements tests coûtent très cher en matériel, il faut équiper en dispositif de contrôle de la qualité de l’air et en ventilation notamment, et puis il y a le personnel nécessaire. Ce n’est donc absolument pas un modèle viable ou pérenne économiquement pour le secteur de la culture. D’ailleurs, dans le secteur, certains ne comprennent  même pas pourquoi on s’acharne à vouloir tester alors que d’autres secteurs tournent sans être inquiétés par les autorités publiques.

 

C’est donc la colère qui gronde dans le secteur. Avec l’impuissance de la ministre en charge Bénédicte Linard qui ne cesse de répéter que Jan Jambon n’a pas voulu du plan de déconfinement global de la culture lors du Comité de concertation de vendredi mais qui oublie un peu rapidement que son parti, Ecolo, siège également dans cette instance. Rappel, ce plan prévoyait de pouvoir ouvrir, parallèlement aux ouvertures des terrasses le 8 mai, des spectacles à 100 personnes en intérieur et 200 en extérieur. On n'y sera pas, vu que le prochain codeco est prévu le 11 mai. 

Partager cet article