15.04.21
19:19

Il reste moins d'un lit de soins intensifs par hôpital: "il nous manque du personnel qualifié"

Hier le plan de déconfinement a été présenté par le Comité de concertation. Cependant, à côté de ça, l'épidémie de coronavirus continue d'exercer une pression forte sur les hôpitaux belge.

La situation devient même critique. 96% des lits de soins intensifs agréés sont occupés en Belgique. Il reste même moins d'un lit par hôpital.

"Ces chiffres sont une conséquence du fait que le Covid-19 vient s'ajouter à tout ce qu'on traite tous les ans à la même période"

nous indique Philippe Devos, chef adjoint du service des soins intensifs au CHC à Liège et président de l'Absym.

"Habituellement, nous avons 20% des lits libres en soins intensifs et évidemment quand tout à coup on a 1000 patients Covid en plus, les 200 places vides sont mises sous tension"

ajoute le médecin dans notre journal.

"On est aujourd'hui dans l'impossibilité de gérer les deux flux. De nombreux hôpitaux ont arrêté les opérations chirurgicales pour diminuer le nombre de patients en soins intensifs"

 

Comment soulager les hôpitaux ?

L'une des principales problématiques aujourd'hui est le manque de personnel infirmier qualifié pour la réanimation, souligne Philippe Devos. 

"On peut avoir autant de lits qu'on veut ou autant d'infirmiers non qualifiés qu'on veut, ce dont nous avons besoin ce sont des infirmiers de hautes technologies"

Une formation qui nécessite deux ans. Par ailleurs, il y a quelques jours, le président de l'Absym a évoqué une idée pour anticiper une nouvelle vague éventuelle. Celle de mettre en place rapidement une "armée d'infirmières de réserve".

"L'idée est de former des infirmiers de terrain des unités autour des soins intensifs à faire des soins intensifs lorsqu'on en a besoin et puis faire appel à des infirmières qui ne sont plus à l'hôpital pour venir aider à l'hôpital et remplacer celles qui sont montées aux soins intensifs",

explique le Dr Devos.

 

LN24

Partager cet article

En lien avec l'article