14.04.21
13:12

Crise hospitalière au Brésil: "Le problème, c'est l'ampleur de l'épidémie, pas le variant"

Sylvie Brillant, directrice à l'Organisation Mondiale de la Santé des risques épidémiques et pandémiques, répond aux questions de Jim Nejman dans Les Visiteurs du Soir.

Le Brésil fait face depuis plusieurs semaines à une situation épidémiologique catastrophique. Avec plus de 60.000 morts sur le seul mois de mars, le pays est confronté à une flambée majeure de l'épidémie. Le nombre de cas journaliers a dépassé les 100.000, tandis que le système hospitalier dans son ensemble est au bord de l'effondrement. 

Une étude brésilienne constate aujourd'hui que la majorité des patients en réanimation sont âgés de moins de 40 ans. Pour Sylvie Brillant, cela s'explique moins par la circulation du variant dans le pays que par l'ampleur de l'épidémie:

"On a une épidémie qui flambe dans certains états du Brésil, et comme on sait qu'il y a 80% des patients développeront une forme bénigne de la maladie, 15% une forme grave et 5% une forme très grave, plus vous avez de cas, plus vous avez des malades dans un état grave" explique la directrice du département épidémie de l'OMS.

La population brésilienne présente également un profil différent de la population - plus jeune, mais présentant également des comorbidités fréquentes et un peu différentes des populations européennes - et des conditions de vie qui rendent certaines mesures appliquées en Europe contreproductives au Brésil. 

Pour Sylvie Brillant, il est nécessaire d'aider le Brésil à sortir de la crise. Le pays a à sa tête un président, Jair Bolsonaro, peu réceptif aux mesures de prévention. Pourtant, le respect des gestes barrières, une communication claire vis-à-vis de la population et éviter les grands rassemblements jouent un rôle majeur dans le contrôle de l'épidémie. 

LN24

Partager cet article

En lien avec l'article