01.04.21
16:17

Charleroi Airport cherche 40 millions supplémentaires

Les conséquences de la crise sanitaire mondiale se font lourdement ressentir sur le secteur aérien et donc sur l'aéroport de Charleroi.

Après une année complète de crise, et malgré 21,8 millions d’économie sur les coûts en 2020, la situation de Brussel South Charleroi Airport (BSCA) est critique et les perspectives du secteur aérien restent incertaines :

  • L’exercice 2020 se clôture par une perte de 22,3 millions ;
  • Le total de bilan est ramené de 95,4 millions à 84,4 millions, l’impact sur la trésorerie ayant été limité grâce au moratoire instauré sur les redevances dues à la SOWAER.

L’année 2021 ne s’annonce pas meilleure puisque, à politique inchangée, le dernier plan de trésorerie présenté au conseil d’administration indique que BSCA ne pourra pas faire face à ses obligations pour toute la durée de l’exercice. Le besoin de trésorerie nécessaire pour finir l’année étant ainsi globalement estimé à 13 millions.

 

Plan stratégique et Business Plan

Le 18 mars dernier, un plan stratégique et un Business Plan ont été validés à l’unanimité par le CA de BSCA.

Plan stratégique : « Green, digital, profitable, qualitative, low cost »

BSCA doit se reconstruire et se renforcer dans la perspective d’approcher le volume de passagers de 2019 en 2024.

Il repose sur plusieurs piliers :

- Nouvelle relation équilibrée et à long terme avec Ryanair et diversification des compagnies présentes à Charleroi via, notamment, les possibilités offertes par l’allongement de la piste.

- Sur le plan opérationnel, l’effort relatif à une meilleure efficience entamé en 2020 devra se poursuivre notamment en améliorant la flexibilité du personnel.

- Le plan stratégique et le business plan ne prévoient pas de licenciements et aucun plan social n’est envisagé.

- Transformation de BSCA en un aéroport vert 4.0 (Green Deal européen, démantèlement des avions, carburants alternatifs, certification Airport Carbon Accreditation …).

Business plan

Ce business plan prévoit :

- Une augmentation des redevances.

- L’instauration d’une redevance « écologique » green fee.

- Une réduction des coûts (10 % par an par rapport à 2019).

- Une gestion dynamique de la tarification des parkings voitures.

- La mise en place de surfaces commerciales devant le terminal 1.

 

Besoins de financement

Malgré les reports de paiement de redevances dues à la Sowaer, le CA de BSCA a estimé qu’un apport de 40 millions supplémentaires était nécessaire afin de reconstituer des fonds propres pour pouvoir poursuivre l’activité dans de bonnes conditions et mettre en œuvre le plan stratégique adopté.

Il est proposé que cette intervention prenne la forme suivante :

- 10 millions sous la forme d’un abandon de créance de la part de la SOWAER sur le montant des redevances ayant fait l’objet d’un moratoire en 2020 ;

- 30 millions sous la forme d’une augmentation de capital. Celle-ci sera accompagnée d’un nouveau modèle de gouvernance qui impliquera, notamment, la révision de ses statuts de la société et de la convention d’actionnaires.

Dans la foulée, tous les actionnaires souscriraient, proportionnellement à la nouvelle répartition, à une deuxième augmentation de capital de 19.148.500 euros.

 

L’ensemble de ces décisions s’entendent sous réserve :

- de l’acceptation par le Conseil d’administration de conditions équilibrées à long terme avec Ryanair permettant la mise en œuvre du plan stratégique ;

- de l’accord de l’ensemble des actionnaires sur les mesures de financement et de gouvernance envisagées.

Partager cet article

En lien avec l'article