01.04.21
14:57

"Ce ne sont pas les mesures qui sont remises en question et elles restent d'application"

Le premier ministre Alexander De Croo a réagi ce jeudi à l'ordonnance du Tribunal de première instance de Bruxelles remettant en cause la base légale des mesures Covid. Interrogé en séance plénière de la Chambre, il a souligné que "ce ne sont pas les mesures qui sont remises en question et elles restent d'application. Le gouvernement ira en appel."

Avant de rappeler la ligne de défense du gouvernement face aux critiques sur ce point: "Le Conseil d'Etat nous a plusieurs fois donné raison en disant que la loi de 1997 était une base suffisante. Il faut une solution stable, tenir compte de l'avis du Conseil d'Etat et des remarques formulées ici au Parlement. On compte plus de 600 pages de remarques, il faut garder celles qui sont pertinentes. C'est un contexte exceptionnel avec des mesures exceptionnelles. Il faut une extrême rigueur et oui, ce gouvernement doit se justifier. Il doit répondre aux remarques. Ce jugement est une nouvelle donne et doit être respecté."

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a ensuite affirmé également "prendre note avec respect de ce jugement et des notes politiques pour revoir 'avant-projet de loi Pandémie. Il appartient maintenant à la Cour d'appel de trancher. Il faut aboutir avec notre projet avant le 30 avril. C'est clair. Car les chiffres sanitaires restent inquiétants. Nous avons écouté attentivement toutes les réflexions et commentaires. Après avoir reçu les remarques du Conseil d'Etat, nous soumettrons dès que possible un projet de loi modifié et amendé. Le 15 avril, le Conseil d'état rendra son avis. J'invite tout le monde, et y compris l'opposition, car le seul combat qui doit être mené est celui pour la Santé."

Partager cet article

En lien avec l'article