31.03.21
07:26

Une gifle pour la Belgique

L’OCDE remet un bulletin catastrophique à la Belgique en matière de respect de l’environnement. Maintenant, il faut cesser de parler, il faut agir !

C'est une sacrée gifle que la Belgique se prend ce matin et ce n’est pas n’importe qui qui la lui met.

L’OCDE en personne envoie plusieurs attaques à la Belgique dans son rapport sur le respect de l’environnement, un bulletin qui n’avait plus été donné depuis 2007 et l’élève Belgique en prend pour son grade à plusieurs niveaux : biodiversité, climat, pollution, fiscalité.

Ne poussez pas, y en aura pour tout le monde. On est mauvais en tout.

Si nous avions des objectifs ambitieux en la matière nous ne les avons clairement pas respectés. L’OCDE pointe le fait que la Belgique rate le coche de ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre pour 2020 et pour atteindre ses objectifs de 2030, notre pays va devoir prendre des mesures additionnelles.

Nos émissions ont diminué entre 2005 et 2014, mais elles se sont ensuite stabilisées, on est donc encore loin de l’objectif de neutralité carbone et l’OCDE relève le manque de coordination entre les différentes entités belges. On sait que la Flandre, pour protéger le port d’Anvers, notamment, rechigne à prendre des mesures supplémentaires qui handicaperaient son développement économique.

La ministre Zakia Khattabi nous parle ce matin de l’agenda nationaliste qui pollue les efforts de la Belgique et empêche la bonne coordination des efforts belges. L’OCDE suggère que La Belgique inscrive l’urgence climatique dans la Constitution.

Notons quand même une amélioration légère au niveau des émissions de polluants, les déchets ménagers, la consommation d’eau qui baisse, mais pour le reste, en matière de protection de la biodiversité, c’est la cata. L’état des habitats et des espèces en Belgique est "préoccupant" et "la situation s’est aggravée au cours de la dernière décennie". 

Les chiffres: plus de 33 % des espèces de poissons d’eau douce, près de 30 % des espèces d’oiseaux et plus de 20 % des espèces de plantes et de mammifères sont menacées. Les populations d’oiseaux des terres agricoles ont diminué de moitié depuis 2000. Les populations d’oiseaux forestiers ont diminué de près de 20 % depuis 2000. En la matière, la Belgique est la pire élève de la classe européenne.

Sans grande surprise, comme la Commission européenne, l’OCDE demande à la Belgique d’abolir le mécanisme des voitures de société qui contribue à "sponsoriser" la pollution notamment via l’augmentation des particules fines émises lors du freinage des pneus.

L’OCDE note que la Belgique utilise fort peu le principe fiscal pollueur/payeur et que les recettes de la fiscalité environnementales ne représentent que 2,2% du PIB contre une moyenne de 2,3% ailleurs dans les pays de l’OCDE.

Maintenant, soit, on tend l’autre joue et on attend la prochaine gifle, soit on redresse la tête, et on se ressaisit.

Ça commence avec ce gouvernement fédéral de sept partis qui court comme une poule sans tête depuis sa mise en place que ce soit sur le Covid, l’AIP ou maintenant l’environnement.

À noter que les écologistes sont dans ce gouvernement et qu’ils jouent très gros en la matière : si le bulletin environnement n’est pas meilleur quand ils sont dans l’équipe, on aura vite fait de se demander à quoi ils servent.

Ils ont donc une législature pour prouver leur valeur ajoutée.

Au travail !

Partager cet article

Partager cet article