25.03.21
16:55

"C'est un peu facile de dire qu'on pourrait trouver des vaccins pour les plus de 65 ans"

Le ministre de la Santé a répondu aux questions des députés à la Chambre ce jeudi après-midi.

Frank Vandenbroucke (Vooruit) a tenu à commencer ses propos en répondant à une question de la députée N-VA Kathleen Depoorter au sujet la lenteur de la campagne de vaccination belge.

"Vous dites que vous auriez déjà vacciné les personnes de plus de 65 ans. Mais quoi ? Vous les auriez produits dans votre officine les vaccins ? C'est quoi ça ? Où auriez-vous trouvé les millions de vaccins ? Comment auriez-vous fait ?"

En ce qui concerne le reproche de la députée sur le refus d'achat de la Belgique d'1.5 millions de doses AstraZeneca en Inde, le socialiste flamand s'est voulu intransigeant.

"AstraZeneca a dit que ce type d'offre est malveillante. Alors estimez-vous que je dois accéder à ce type d'offre ? Vous êtes sérieuse ? Nous travaillons dans un cadre européen pour faire livrer les vaccins"

Le vice-Premier a alors tenu à rappeler l'avancement de la vaccination dans notre pays. Actuellement 12% de la population adulte a reçu une première dose et 5% des Belges adultes sont totalement vaccinés. Plus de la moitié des plus de 85 ans ont reçu une dose, et 25% se sont vus administrer les deux doses.

"C'est un peu facile de dire qu'on pourrait trouver ces vaccins comme ça pour subitement vacciner les plus de 65 ans. Notre problème est le même que dans les autres pays européens"

a exprimé fermement M. Vandenbroucke, en ajoutant qu'il ne faut pas sous-estimer la pression que la Belgique et l'Union exercent sur AstraZeneca.

 

Les médecins généralistes, pas assez impliqués dans la vaccination ?

Au sujet du manque d'implication des médecins généralistes dans la campagne de vaccination, le ministre socialiste a voulu rappeler qu'ils ont été associés dans toute la préparation de la campagne.

"Ils ont été associés dans les groupes de travail de la Task Force Vaccination. Les généralistes sont invités à convier leurs patients atteints de comorbidités à se faire vacciner"

Enfin, il a indiqué qu'un avis avait été demandé au Conseil supérieur de la santé hier matin au sujet de la suite de la campagne de vaccination. 

"Nous avons demandé au Conseil supérieur de la santé de donner un avis sur leur vision du déroulement de la campagne après la phase de vaccination des personnes âgées"

Un avis qui pourrait donc donner la priorité à certains types de professionnels ou de secteurs.

 

I. Machiels

Partager cet article