01.03.21
09:45

Bruxelles interdit aux chauffeurs Uber d'utiliser leur smartphone

Le gouvernement bruxellois a décidé ce lundi d'interdire aux chauffeurs Uber d'utiliser leur smartphone pour accepter des commandes de courses, révèlent La Libre Belgique et l'agence Belga. Un outil indispensable pour ces derniers. "C'est comme demander à un cuisinier de ne plus utiliser de casseroles. En pleine pandémie, à la veille d’une crise économique qui s’annonce dure, le gouvernement met la dignité de milliers de familles en danger en leur retirant leur revenu. Le CDH demandera au ministre-President de s’expliquer au parlement cette semaine ", a réagi le député CDH Christophe De Beukelaer.

Depuis son arrivée à Bruxelles en 2014, l’application Uber est dans une saga judiciaire face aux chauffeurs de taxi. Pour échapper à la réglementation des taxis, Uber a échafaudé un montage administratif qui lui permet d’exercer en toute légalité sur le territoire bruxellois. Au centre de ce dispositif : la Belgian Platform Rider Association. Regardez notre décryptage ci-dessous.

Le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a confirmé qu'il y aura "avertissement" puis "sanctions" à partir de ce lundi. "Nous ne visons pas spécifiquement Uber, mais nous faisons en sorte que l'ordonnance et les arrêtés sur les LVC (location de voitures avec chauffeur) soient respectés. Or celle-ci stipule que les contrats de réservation doivent être au moins de trois heures et que les commandes de courses via le système de géolocalisation d'un téléphone portable sont interdites."

“Le fait que le Gouvernement prenne des mesures contre 2000 chauffeurs sur la base d'une réglementation en cours d'examen par la Cour constitutionnelle est incompréhensible", a réagi un responsable de Uber en Belgique. Le dernier épisode en date de la saga Uber a eu lieu le 19 janvier dernier. La 9e chambre de la Cour d'appel de Bruxelles avait estimé que l'application Uber X violait la réglementation bruxelloise applicable aux taxis.

Une action est prévue ce lundi matin devant les bureaux de Rudi Vervoort. 

Partager cet article

En lien avec l'article