02.02.21
06:16

L’affaire Nadia Geerts et le flou autour du voile à l’école

Retour sur le débat de la laïcité à l'école au prisme du cas de Nadia Geerts, une enseignante subissant du harcèlement depuis ses prises de positions contre les signes religieux en milieu scolaire.

Nadia Geerts est une enseignante dans une école supérieure à Bruxelles, principalement connue pour ses prises de position en faveur de la laïcité et en faveur des femmes.


Elle est victime de harcèlement depuis qu’elle a affiché son soutien au professeur français Samuel Paty qui a été décapité par un islamiste pour avoir évoqué les terroristes de Charlie Hebdo.

Les ennuis de Mme Geerts ont commencé a partir de cette prise de position : harcèlement incessant sur Internet et les réseaux sociaux et cela c’est encore aggravé après qu’elle ait affiché ses opinions contre le port du voile dans l’enseignement.

"Il y a trois mois et quelques jours", écrit Nadia Geerts sur son blog, "j’étais encore un prof heureux. Des cours qui me passionnaient, des collègues sympas, des étudiants avec qui le contact était vraiment bon… Aujourd’hui, je ne vois plus comment continuer, tout simplement.

Dans l'école où elle enseigne, le port des signes religieux va être autorisé. Elle a donc pris position contre son école et ce changement de règlement et à partir de là, dit-elle, l’école ne l’a plus défendue. "Les chiens se sont lâchés contre elle", écrit-elle encore. Des influenceurs lui ont dit "d’aller se faire foutre". Sa sécurité physique est maintenant menacée et l’école est désormais obligée de la soutenir.

 

 

Partager cet article