24.01.21
20:16

"Les règles pour les coiffeurs nous ont semblé discriminatoires et stigmatisantes."

Si les coiffeurs rouvrent le 13 février, ils ne seront pas obligés, de porter un masque FFP2 et de se faire tester chaque semaine. L'erreur s'expliquerait par une fuite d'un rapport des experts. Le ministre des Classes moyennes, des Indépendants et des PME, David Clarinval nous en parle.

Suite au Comité de concertation de vendredi, la date du 13 février a été fixée pour une éventuelle réouverture des métiers de contacts, dont les coiffeurs.

Cette réouverture se ferait, naturellement sous conditions : la réalisation d'un test une fois par semaine pour le personnel et le port obligatoire d'un masque FFP2. 

Ces conditions de réouvertures ont suscité de vives réactions chez les professionnels concernés.

C'est sur le plateau de nos confrères de RTL TVI que Calogero Iacono, patron d'un salon de coiffure s'en est pris à David Clarinval, le Ministre des Classes moyennes, des Indépendants et des PME dénonçant des règles particulièrement discriminatoires.

La réponse du ministre Clarinval a surpris.

"C'est une proposition des virologues formulée vendredi. Mais nous l'avons refusé !", a-t-il affirmé sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche". 

"Il est discriminatoire de tester uniquement les métiers de contact et pas les métiers de contact médicaux ou les métiers de l'enseignement. On a aussi refusé l'obligation du port d'un masque FFP2. Il n'y a pas de raison que l'on impose un FFP2 pour eux alors qu'on ne l'impose pas à d'autres métiers en contact des citoyens."

Une imprécision dans la communication du fédéral donc, bien que cette proposition des experts pourrait bien entrer en vigueur d'ici le 13 février, notamment lors du prochaine Comité de concertation qui aura lieu le 5 février.

Partager cet article

En lien avec l'article