03.12
18:58

"Si la Belgique n'est pas prête le 5 janvier, cela pourrait pousser De Croo ou Vandenbroucke à la démission"

Le politologue Régis Dandoy réagit aux propos du Premier ministre et du ministre de la Santé cet après-midi à la Chambre.

Alors que la stratégie de vaccination a été communiquée ce jeudi, le Premier ministre Alexander De Croo a rappelé que dans le "scénario le plus favorable", les vaccins arriveraient le 5 janvier en Belgique.

"Nous serons prêts",

a déclaré le Premier à la Chambre ce jeudi.

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a) a également rejoint M. De Croo.

"Nous devons être prêts"

Les partenaires de la majorité (Ecolo et PS), de leur côté, ont fait comprendre aux ministres qu'ils n'avaient pas le droit à l'erreur, nous explique Régis Dandoy, politologue à l'Université libre de Bruxelles. Il avertit par ailleurs qu'une erreur peut entrainer une crise de confiance.

"Si le 5 janvier, la Belgique a reçu les vaccins mais n'est pas prête logistiquement à effectuer les premières vaccinations, il y aura une énorme crise de confiance de la part de la population",

affirme le politologue sur notre plateau, en ajoutant que cela pourrait mettre sur sellette le Premier ministre ou le ministre de la Santé.

"On pourrait les pousser à la démission",

avertit le spécialiste politique.

 

LN24

Partager cet article

En lien avec l'article