18.11.20
10:06

La santé mentale des Belges est au plus bas, les travailleurs de l'Horeca en tête

C’est ce qui ressort d'une enquête de l’Université d’Anvers. Les restaurateurs sont épuisés et stressés par les conséquences de la fermeture des établissements.

Alysson, une jeune barbière belge de 24 ans a mis fin à ses jours, car elle a tout perdu. Après avoir ouvert son salon cette année, elle a été contrainte de fermer ses portes, son établissement étant considéré comme un secteur non-essentiel. 

Malgré les aides elle n'a pas pu s'en sortir. 

Ce drame illustre le fait que la santé mentale des Belges est au plus bas. C’est ce qui ressort d'une enquête de l’Université d’Anvers. En analysant les résultats par secteur, on observe que les travailleurs de l’horeca sont ceux qui éprouvent le plus profond mal-être.

Les restaurateurs sont épuisés et stressés par les conséquences de la fermeture des établissements.

 

 

Un reportage de Romain Mayez

Partager cet article