09.11.20
18:07

Haut-Karabakh: la vie sous les bombes

A Stepanakert, les bombardements sont incessants. Plus de 60 % des habitants ont fui et ceux qui restent vivent dans les profondeurs de la ville. Notre envoyé spécial Pol Loncin a partagé le quotidien des civils, terrés pour se protéger des bombes.

Dans le Haut Karabakh, aux portes de l’Europe se joue en ce moment un conflit sanglant. Le 27 septembre dernier, l’Azerbaïdjan a lancé les hostilités pour prendre ce territoire contesté depuis les années 1990. Bakou veut y chasser les populations arméniennes.

Les troupes indépendantistes arméniennes, soutenues par l’Arménie résistent tant qu’elles peuvent face aux forces azerbaidjanaises épaulées directement par la Turquie.

Depuis quelques jours, les frappes azerbaidjanaises s’intensifient sur les villes de cette région du Caucase. Et notamment à Stepanakert, la capitale du Karabakh. On assiste pour le moment à un nouvel exil massif des civils. La ligne de front est désormais aux portes de la ville.

Stepanakert est devenue une ville fantôme. Pol Loncin était notre envoyé spécial dans le Haut Karabakh. Il a partagé le quotidien des civils qui y sont restés, terrés pour se protéger des bombes.
 

 

Partager cet article

En lien avec l'article