15.10
13:20

Explosion de la rue Léopold: le propriétaire condamné à 14 mois de prison avec sursis

Le tribunal correctionnel de Liège a rendu ce jeudi son jugement dans l'affaire de l'explosion d'une maison rue Léopold, dix ans après les faits. Le propriétaire de l’immeuble qui a explosé est reconnu coupable de 14 homicides involontaires par défaut de prévoyance. Il écope de 14 mois de prison avec sursis et de 2750€ d'amende.

Le tribunal a considéré le propriétaire de l'immeuble comme fautif et responsable de l’installation de gaz non-conforme, dans un espace non-ventilé. Il n’a pas non plus fait vérifier la conformité et l’étanchéité de l’installation alors que les autorités compétentes le lui avaient demandé. Il est aussi fautif de manipulation des compteurs et de brisé des scellés. Ces fautes sont considérées comme étant en lien direct et certain avec l’explosion.

Il est reconnu coupable de 14 homicides involontaires, par défaut de prévoyance et de précaution, ainsi que pour coups et blessures involontaires, par défaut de prévoyance et de précaution, commis sur 19 personnes. Il est condamné à 14 mois de prison avec sursis.

L’avocate générale avait requis une peine de 14 mois de prison contre le propriétaire, déjà condamné l’an dernier à neuf mois avec sursis dans un dossier de marchand de sommeil.

Les employés de la ville et pompiers bénéficient tous les deux de l’acquittement. Aucune faute n’a été retenue contre eux. Vérifier la conformité de l’immeuble ne faisait pas partie de leur mission au SSSP. En ce qui concerne l’Intercommunale d’Incendie, le tribunal considère que certaines fautes ont été commises. Le service prévention des pompiers auraient dû s’assurer qu’un contrôle de conformité soit réalisé. Un tel contrôle aurait pu éviter le drame.

Tous avaient demandé l’acquittement.

 

Un procès 10 ans plus tard

Dans la nuit du 26 au 27 janvier 2010, le numéro 18 de la Rue Léopold, à deux pas de la Place Saint-Lambert, en plein cœur de Liège, partait en fumée. L’explosion emmenait avec elle l’immeuble voisin. 14 personnes ont perdu la vie lors de ce drame. 19 personnes ont été blessées.

L’enquête a déterminé que le drame a été causé par une fuite de gaz naturel, localisé dans le faux-plafond du premier étage du bâtiment. Le rapport des experts a également conclu à des vices graves au niveau de l’installation gazière. "Une installation digne d’un bricolage," avaient expliqué les trois experts lors de leur audition au procès.

Le dossier judiciaire a pris beaucoup de retard. Tellement qu’en cas d’appel, et c’est très probable, le délai de prescription pourrait être dépassé.

 

Pol Loncin

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article