09.10.20
15:08

L'état d'alerte décrété dans la région de Madrid

Le gouvernement espagnol a décrété vendredi l'état d'alerte dans la région de Madrid.

Une décision prise pour tenter de freiner l'augmentation du nombre des cas de coronavirus, rétablissant ainsi un bouclage partiel de la capitale qui avait été annulé la veille par la justice.

"Il faut prendre des mesures pour protéger la santé des Madrilènes et éviter que l'explosion des cas de coronavirus ne gagne le reste du pays",

a déclaré le  ministre de la Santé, Salvador Illa, à l'issue d'une réunion extraordinaire de deux heures du Conseil des ministres.

La décision du gouvernement de gauche du socialiste Pedro Sanchez a été prise malgré l'opposition farouche du gouvernement régional de Madrid, dirigé par le Parti populaire (opposition conservatrice).

"La présidente de la communauté autonome de Madrid a décidé de ne rien faire",

a déclaré M. Illa à propos d'Isabel Diaz Ayuso, qui a tenté jusqu'au bout de convaincre le gouvernement de ne pas proclamer l'état d'alerte.

La principale conséquence de ce régime d'exception - qui équivaut à un état d'urgence sanitaire - est de rétablir le bouclage partiel de Madrid et de neuf municipalités voisines en vigueur depuis le 2 octobre, mais qui avait été levé jeudi sur décision d'un tribunal madrilène.

Depuis cette date, les plus de quatre millions de personnes concernées n'avaient plus le droit de sortir de leur municipalité, sauf pour aller travailler ou étudier, se rendre chez un docteur ou dans un tribunal ou pour une urgence humanitaire.

Mais la police ne pouvait pas infliger d'amende aux contrevenants sans validation par la justice.

Ce bouclage avait été imposé aux autorités régionales de Madrid, qui n'en veulent pas, car elles estiment cette mesure à la fois contre-productive et néfaste pour l'économie.

AFP

Partager cet article