04.10.20
14:53

Une édition de Liège-Bastogne-Liège "plus ouverte que les autres années"

"L’enchaînement avec le Tour fait que c'est encore plus ouvert. Les coureurs du classement général, qui d'habitude ne sont pas forcément axés sur les Ardennaises, sont là cette année"

La nouvelle arrivée de Liège-Bastogne-Liège, déplacée depuis l'an dernier d'Ans vers la Cité ardente, conjuguée à son décalage deux semaines après le Tour de France par la pandémie de coronavirus, annonce dimanche une édition "plus ouverte que les autres années", estime Warren Barguil samedi.

"Ce n'est pas un Liège habituel, c'est plus ouvert que les autres années", juge auprès de l'AFP le grimpeur Français, 4e de la Flèche Wallonne en milieu de semaine.

Le décalage de la Doyenne d'avril à octobre, deux semaines seulement après la fin de la Grande Boucle, à cause du Covid-19, change la donne, selon lui.

"L’enchaînement avec le Tour fait que c'est encore plus ouvert. Les coureurs du classement général, qui d'habitude ne sont pas forcément axés sur les Ardennaises, sont là cette année", observe celui qui sera leader d'Arkéa-Samsic dimanche.

Le Breton pronostique du mouvement précoce dans cette course qui est "une de (ses) préférées de l'année".

"Il faudra être vigilant. Des coups peuvent partir loin de l'arrivée et aller au bout", analyse-t-il.

D'autant plus avec l'arrivée depuis l'an dernier à Liège et non plus Ans.

"Avec ce nouveau tracé, la course n'est plus la même, il y a deux côtes en moins (dans le final), la course démarre plus tôt", estime +Wawa+.

Le sommet de la dernière montée, la Roche-aux-Faucons (1.300 mètres à 11%) est situé à 13,5 kilomètres de la ligne dimanche.

Partager cet article