03.10.20
14:26

Un mort et au moins 25 disparus dans les intempéries en France et en Italie

Les dégâts sont graves des deux côtés de la frontière: de nombreux villages, dévastés par les eaux et les glissements de terrain, sont coupés du monde, des routes et des ponts ont été endommagés ou détruits.

Les pluies diluviennes suivies de crues soudaines dans le sud-est de la France et le nord-ouest de l'Italie ont coûté à la vie à un pompier italien, tandis que les autorités des deux pays faisaient samedi état d'au moins 25 disparus.

Les dégâts sont graves des deux côtés de la frontière: de nombreux villages, dévastés par les eaux et les glissements de terrain, sont coupés du monde, des routes et des ponts ont été endommagés ou détruits, et des centaines de pompiers restaient mobilisés pour apporter de l'aide et rechercher les disparus, notamment de part et d'autre du col de Tende qui relie les Alpes ligures au département français des Alpes maritimes. 

En Italie, un pompier volontaire de 53 ans est mort au cours d'une intervention dans le Val d'Aoste et au moins 17 personnes sont portées disparues dans la région du Piémont, qui dans un communiqué, a évoqué une situation "extrêmement critique".

En France, dans les Alpes-Maritimes, les secours ont signalé huit disparus, dont deux pompiers.

Les sauveteurs français recherchent aussi 10 "supposés disparus". "Ce sont des personnes qu’on n’a pas vues être emportées mais dont on n’a plus de nouvelles", selon les pompiers français. Un gendarme emporté vendredi par les flots a été retrouvé sain et sauf.

 

"Situation dramatique" 

 

Côté italien, 16 personnes sont portées manquantes dans la province de Cuneo, et un homme est porté disparu après la chute de son véhicule dans la rivière Sesia, selon un communiqué de la région du Piémont.

"La situation est dramatique. 150 pompiers travaillent depuis cette nuit sur le versant du Tende, que nous cherchons à rejoindre en train, parce que la route est fermée", a indiqué le commandant des pompiers de Cuneo, Vincenzo Bennardo, à l'agence Ansa.

Selon lui, les recherches concernent notamment un groupe d'Italiens de quatre à six personnes, portées disparues dans la vallée de la Roya, près du col de Tende.

La vallée de la Roya, à cheval sur la France et l'Italie, est coupée du monde.

C'est dans cette zone que se trouvent les communes les plus touchées côté français, dans l'arrière-pays de Nice, ainsi que dans les vallées de la Vésubie et de la Tinée, enclavées dans des zones montagneuses du massif des Alpes.

"Beaucoup de routes sont coupées, des pans de route se sont effondrés. Du coup, des villages comme Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière sont isolés. On voit aussi quelques maisons qui sont perchées au-dessus du vide parce que le lit de la rivière a emporté la route", selon un porte-parole des pompiers français.

A Roquebillière, "on a vu la Vésubie qui avait débordé de son lit (...) Tout a été emporté, une partie du vieux pont en fer a été emportée aussi, le camping...", a raconté Serge Franco, un sexagénaire. "On est tous abasourdis".

Deux personnes âgées ont été emportées par les flots dans l'effondrement de leur maison dans le village. "Les pompiers n'ayant pas assez de corde longue, et même avec nos cordes à nous, on ne pouvait pas arriver à la maison, donc pour les sortir c'était trop tard, puis la maison a été emportée d'un coup", a raconté un témoin de la scène, Patrick Theus.

Le réseau téléphonique est très faible, et les communications difficiles. En France, 12.000 personnes restaient privées d’électricité, tout comme de nombreux villages du Piémont côté italien.

A Vintimille (Italie), où la Roya a quitté son lit, le maire Gaetano Scullino a estimé "qu'une catastrophe de ce genre n'est pas arrivée depuis 1958, quand le fleuve a fait s'effondrer une passerelle l'enjambant".

Les inondations ont dévasté la zone ouest de la ville. "Nous avons perdu toutes les machines et les commandes de pâtes, d'Italie et de France. Quand je suis entré, les chambres froides flottaient", se désolait Ramon Bruno, propriétaire d'une usine de pâtes, à l'agence Ansa.

"La violence de l'eau était telle que ça a soulevé le plancher", a témoigné le propriétaire du restaurant "Da Giò", Giorgio Muratore.

En Ligurie, les pluies et le vent ont aussi frappé le secteur de l'oléiculture. Les exploitants font état de dégâts importants dans les oliveraies à l'approche des récoltes.

 

Jusqu'à 500 mm de pluie 

 

Samedi après-midi, douze hélicoptères français tournaient sans cesse pour apporter de l’eau, évacuer ou apporter des moyens médicaux, et des infirmiers ont été héliportés à Saint-Martin-Vésubie.

"La situation est catastrophique dans certaines communes", a déclaré le député français des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti. 

Les cumuls de pluie sur l'ensemble de cet épisode "ont atteint en général 200 à 350 mm et jusqu'à 500 mm ponctuellement", dans l'arrière-pays, selon Météo France.

A Venise (Italie), où les habitants se préparaient à une montée des eaux, un nouveau système de digues mobiles a permis de retenir la crue.

La tempête a également touché la Suisse, qui n'a signalé aucune victime mais de nombreux dégâts: routes coupées, inondations et glissements de terrains. Par endroits, des autoroutes ont dû être fermées et le trafic ferroviaire interrompu. Dans plusieurs stations météorologiques, des records de précipitations vieux de plus de 100 ans ont été battus. 

Partager cet article