01.10
14:13

"Nous avons besoin d'un plan de relance mais aussi de confiance dans notre pays"

Le Premier ministre Alexander De Croo a présenté sa déclaration de politique générale et demandé la confiance à la Chambre des Représentants

Alexander De Croo a présenté les différentes grandes mesures pensées par son gouvernement.

"Notre pays, nos économies, nos entreprises ne peuvent pas se permettre un nouveau confinement généralisé. Je fais un appel à cette tribune à chacun et chacune dans notre pays: nous ne pouvons vaincre que si nous respectons un ensemble de règles très simples. Et surtout en se souciant des autres, en particulier de nos proches les plus fragiles. Ce souci du bien-être des autres occupe aussi une place centrale dans notre politique gouvernementale."

 

Lire aussi : 

Découvrez le nouveau gouvernement (infographie)

Voici ce que contient l'accord de gouvernement

 

Pour les soins de santé: "Ce gouvernement assurera qu'il y ait plus de personnel au chevet des patients, une meilleure formation, moins de charge de travail. 1,2 milliard d’euros ou environ 4,5% du budget existant pour les soins de santé." Additionnés, ces budgets représentent  1,2 milliard d’euros ou environ 4,5% du budget existant pour les soins de santé. 

En ce qui concerne les pensions, "ce gouvernement augmentera la pension minimale en direction des 1.500 euros." Les statuts des salariés, des indépendants et des fonctionnaires doivent converger.

 

"Le siècle de la femme"

Ce gouvernement "combat toutes les formes de discrimination. Notamment à l'encontre des femmes. Nous passons au congé de naissance à 20 jours. Parce que c'est bien le siècle de la femme. C'est une étape historique de notre pays: un gouvernement paritaire. Car la diversité nous rend plus fort."

"La création d'emplois est une priorité absolue. Plus de personnes au travail, plus la sécurité sociale sera solide. Le travail sera récompensé et devra tendre vers un taux d'activité de 80%."

"La concertation sociale bénéficiera d'un nouvel élan. Il faudra simplifier et rendre plus juste le régime fiscal. La lutte contre la fraude fiscale se poursuivra."

 

Investissements

"Ce gouvernement entend aussi être un gouvernement d'investisssement. Jean Monnet a décrit l'effet mobilisateur d'une crise en ces termes: les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise. Nous devons, en ces temps troublés voir les opportunités et les saisir. Nous allons investir dans les secteurs durables pour le plan environnemental le plus ambitieux de notre pays. Il ne faut pas opposer économie et écologie. La transition générera de nouveaux emplois, une meilleure qualité de vie. Ce gouvernement reconfirme la sortie du nucléaire en 2025 mais de manière raisonnable en accordant à la sécurité d'approvisionnement et aux tarifs une attention particulière."

"L'innovation est un levier pour cette nouvelle croissance. Le numérique jouera un rôle central, avec des projets pilotes dans des secteurs où notre pays est en avance. La Belgique de l'avenir, c'est la Belgique digitale."

 

Confiance

"Nous avons besoin d'un plan de relance mais aussi de confiance dans notre pays. Non seulement au sens économique du terme mais surtout politique. Le monde change, la politique doit aussi suivre ce chemin. Nous nous engageons en favour d'une politique constructive de confiance, de respect. Car la critique est facile, mais cela ne nous amène rien. Ces dernières années, nous avons vu à quel point les propos durs dominaient le débat mais à quoi cela nousa-t-il menés? La méfiance menace d'hypothéquer ce que nous avons tous consruit ensemble. Pour faire avancer et progresser notre pays, le maître-mot c'est la confiance. C'est pourquoi nous mettrons en place de nouvelles initiatives citoyennes et abaisserons l'âge légal pour vote aux élections européennes à 16 ans."

"Pour que politique rime avec éthique. Pour remettre le citoyen au coeur des considérations. car le cynisme trop présent ces dernières années ne nous a pas aidés."

"Il faut une réforme profonde des structures de l'Etat, avec un  large débat avec les citoyens. Une nouvelle structure à partir de 2024, avec un renforcement de l'autonomie des entités et un dynamisme fédéral. Il faudra accorder à la coopération et au respect aune place centrale."

 

"Nous connaissons aujourd'hui un moment particulier. Pour la premiere fois, nous demandons la confiance là au bat le coeur de la démocratie européenne. Nous mènerons une politique pro-européenne. Ce pays ne peut gagner qu'avec une Europe solidaire et forte.

 

"Permettez-moi pour conclure de citer le chrétien démocrate Di Gasperi: L'avenir ne se construit pas sur l'usage de la force ni sur la soif de conquête mais sur l'application patiente de la méthode démocratique. De l'esprit constructif qui anime l'accord et par le respect de la liberté. Et c'est dans cet esprit que j'entends aujourd'hui demander la confiance de la Chambre. Parce que l'accord du gouvernement est fondé sur la confiance. Sur la volonté d'avancer. Sur l'application patiente des principes démocratiques. Mais surtout sur la volonté de dégager un consensus. C'est la raison pour laquelle, chers collègues, je demande la confiance de la Chambre des représentants."

 

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article