28.09
10:51

Voici la facture de la Vivaldi

LN24 a pris connaissance des tableaux comptables de la coalition en formation.

Année après année, jusqu’à la fin de la législature (2024), les négociateurs ont listé les politiques nouvelles qu’ils voulaient mettre en œuvre et ce qu’elles coûteraient au budget.

En 2024, le total de ces politiques se chiffrera à 11,6 milliards d’euros. Mais dès 2021, les politiques nouvelles auront un coût : 6,5 milliards d’euros. En 2022 et 2023, les dépenses publiques seront également conséquentes.

La Vivaldi prévoit notamment des investissements dans la mobilité. Dans le rail, d’ici 2024, la Vivaldi va investir un peu moins 1 demi-milliard. En termes d’investissement et de financement, c’est le coût le plus important dans le secteur de la mobilité pour la Vivaldi. Mais il y a aussi d’autres mesures structurelles importantes. La note des formateurs prévoit aussi un refinancement de la justice, un refinancement de l’ordre 456 millions. À noter aussi que la Vivaldi prévoit un refinancement de la police de 203 millions d’euros.

Dans cette note, beaucoup de mesures concernent aussi le social et le pouvoir d’achat des Belges. On pense notamment aux allocations au seuil de pauvreté de près d'1,5 milliard d’euros et à la pension à 1.500 euros. Une pension nette qui est pour l’instant négocié par les 7 de La Vivaldi. Coût estimé: entre 2 et 4 milliards. Des d'ici la fin de la législature

Dans cette note, il est question aussi, sans surprise, du doublement de congé de paternité. On passerait de 10 à 20 jours. Le coût de cette mesure: une septantaine de millions d’euros.

 

Maxime Binet et Martin Buxant

Partager cet article