22.08.20
16:26

La patron de la police aéronautique belge se retire aussi à cause du décès à l'aéroport de Charleroi

Jeudi dernier, de nouvelles images de l'affaire qui a causé la mort d'un passager en 2018 à l'aéroport de Charleroi ont été dévoilées, ce qui a provoqué le retrait temporaire du numéro 2 de la police belge. Aujourd'hui, on apprend que le patron de la police aéronautique se retire également.

Danny Elst se retire également de ses fonctions de grand patron de la police aéronautique belge. Si le retrait d'André Desenfants, numéro 2 de la police belge, émane d'une décision personnelle (selon ses dires lors du conférence de presse), celui de M. Elst est provoqué par une demande du commissariat général, selon les informations de Het Nieuwsblad.

Le patron de la police aéronautique occupera désormais un poste administratif, son remplaçant n'est pas encore connu. La police fédérale, de son côté, explique à Belga que ce retrait est temporaire et ne "signifie rien sur la culpabilité ou l'innocence" de Danny Elst.

 

Une affaire qui remonte à 2018

L'affaire remonte à la nuit du 23 au 24 février 2018, quand un passager d'origine slovaque, sur le point d'embarquer à Charleroi pour un vol à destination de Bratislava avait été interpellé par la police et placé en cellule en raison d'un comportement agité.

Elle a refait surface mercredi car une séquence vidéo inédite a été diffusée, à l'initiative de la veuve de la victime dénonçant la lenteur de la justice à déterminer les causes exactes du décès.

Sur les images de vidéosurveillance, on peut voir l'homme saignant abondamment du visage après s'être tapé la tête contre un mur, au bout de plusieurs heures de privation de liberté. 

Il s'ensuit une intervention pour le maîtriser puis le menotter, lors de laquelle l'un des fonctionnaires de la police fédérale (six au total interviennent) s’assoit sur l'homme plaqué à plat ventre sur un matelas. 

Certains semblent s'amuser de la situation et une policière, debout légèrement en retrait, effectue brièvement un salut hitlérien, toujours selon ces images d'une caméra placée dans la cellule.

 

LN24 avec AFP

Partager cet article

Partager cet article