18.08
19:56

"La page ne sera pas vraiment tournée au Liban"

Des quatre hommes membres présumés du Hezbollah, accusés d'avoir participé à l'assassinat en 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, trois ont été acquittés par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), sans qu'aucun lien direct n'ait pu être établi avec les dirigeants du mouvement chiite.

Pour en parler, Ayman Mhanna, directeur exécutif de la Fondation Samir Kassir*, était en visioconférence dans le journal de Nicolas Pipyn.

*fondation qui se bat pour la liberté culturelle et la liberté d'expression au Liban

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article